Publishing Partner: Cambridge University Press CUP Extra Publisher Login
amazon logo
More Info


E-mail this page

Conference Information



Full Title: La Traduction comme Frontière

      
Short Title: TCF
Location: Quebec City/Province of Quebec, Canada
Start Date: 09-May-2013 - 10-May-2013
Contact: Chantal Gagnon
Meeting Email: click here to access email
Meeting URL: http://www.acfas.ca/evenements/congres/programme_preliminaire/81/300/338/C
Meeting Description: La traduction comme frontière
Dans le cadre du 81e Congrès de l’ACFAS
Université Laval, 9-10 mai 2013

Responsables : Alvaro Echeverri (Université de Montréal), Chantal Gagnon (Université de Montréal) et Marie-Alice Belle (Université de Montréal)

Portées par l’étymologie traditionnelle, les métaphores usuelles de la traduction la donnent à lire en termes de passage, de transfert, de transport par-delà les frontières. La pratique du traduire ouvre ainsi une zone d’échanges, où les traducteurs agissent comme passeurs d’idées, d’informations et de valeurs, comme négociants du capital intellectuel et culturel mondial, ou encore comme agents interlinguistiques et interculturels.

Il s’agit ici d’interroger l’expérience de la frontière inhérente à l’acte de traduction, que ce soit dans sa dimension linguistique, intellectuelle, matérielle ou culturelle. En effet, si le schème du transfert a l’avantage de mettre en valeur les apports des traducteurs à la vie intellectuelle et au rayonnement de sociétés données —Louis Kelly notait ainsi que la civilisation occidentale doit tout ce qu’elle est à la traduction—, la linéarité implicite au paradigme s’accorde mal avec la complexité des transactions langagières, mais aussi idéologiques, économiques et politiques qui marquent la pratique du traduire.

Il est par exemple des frontières qui résistent au passage : quelles stratégies le traducteur pourra-t-il déployer pour les franchir ? Devra-t-il à son tour donner à lire cette résistance dans le texte traduit ? Qui dit frontière dit aussi droit de passage, et il y a lieu de s’interroger sur les facteurs de sélection des œuvres et documents qui font l’objet d’une traduction, ainsi que des stratégies de traduction favorisées. Quels agents institutionnels, culturels ou sociaux décident-ils ainsi de la traversée des idées, des connaissances et des valeurs au-delà des frontières établies ? Quels intérêts ces décisions servent-elles ? Enfin, l’un des principaux apports des approches « culturelles » de la traduction au cours des dernières décennies a été de formuler la problématique de la traduction en termes pluriels, en remettant en cause la distinction binaire entre source et cible, et partant, la notion même de transfert. Dans quelle mesure peut-on alors penser la traduction comme une région frontalière, c’est-à-dire un espace de mixité et de métissage, autant qu’un lieu de pouvoir et, potentiellement, de conflit ?
Linguistic Subfield: Translation
LL Issue: 24.224


Back
Calls and Conferences main page