LINGUIST List 11.425

Mon Feb 28 2000

Calls: Computational Semantics, Colloque Diaspora

Editor for this issue: Jody Huellmantel <jodylinguistlist.org>


As a matter of policy, LINGUIST discourages the use of abbreviations or acronyms in conference announcements unless they are explained in the text.

Directory

  1. Johan Bos, Inference in Computational Semantics - ICoS-2
  2. bob, Colloque Diaspora - INALCO 2001

Message 1: Inference in Computational Semantics - ICoS-2

Date: Mon, 28 Feb 2000 14:39:36 +0100 (MET)
From: Johan Bos <bosCoLi.Uni-SB.DE>
Subject: Inference in Computational Semantics - ICoS-2




 2nd CALL FOR PAPERS

 second workshop on

 INFERENCE IN COMPUTATIONAL SEMANTICS
 ICoS-2

 Dagstuhl, Germany, July 29-30, 2000

 http://www.ags.uni-sb.de/~kohlhase/event/icos2/

 (Submission deadline: April 15, 2000)




ABOUT ICoS
- --------
Traditional inference tools (such as theorem provers and model
builders) are reaching new levels of sophistication and are now widely
and easily available. A wide variety of new tools (statistical and
probabilistic methods, ideas from the machine learning community) are
likely to be increasingly applied in computational semantics. Most
importantly of all, computational semantics seems to have reached the
stage where the exploration and development of inference is one of its
most pressing tasks - and there's a lot of interesting new work which
takes inferential issues seriously.

The Workshop on Inference in Computational Semantics (ICoS) intends to
bring researchers from areas such as Computational Linguistics,
Artificial Intelligence, Computer Science,and Logics together, in
order to discuss approaches and applications of Inference in natural
language semantics.

ICoS-1 took place in Amsterdam on August 15, 1999 with an attendence
of over 50 researchers. A selection of the papers presented at ICoS-1
will be published in the Journal of Language and Computation.

ICoS-2 is endorsed by SIGSEM, the Association for Computational
Linguistics (ACL) Special Interest Group (SIG) on computational
semantics.


DATES
- ---
People who would like to submit a paper, system descriptions or who
would like to attend the workshop should consider the following dates:

 Submission Deadline: April 15, 2000. 
 Notification: June 1, 2000. 
 Final Versions: July 10, 2000. 
 ICoS-2: July 29-30, 2000. 
 (COLING: July 31 - August 4, 2000)


LOCATION
- ------
ICoS-2 will be held the International Conference And Research Center
for Computer Science SCHLOSS DAGSTUHL. Schloss Dagstuhl is situated in
the Saarland (Germany), allowing participants to reach the COLING
conference in Saarbruecken conveniently. Transport from Dagstuhl to
Saarbruecken will be organized on sunday evening or monday morning.


INVITED SPEAKERS
- --------------

	James Allen (University of Rochester)
	Christof Monz (University of Amsterdam) 
 Bonnie Webber (University of Edinburgh)
	


PROGRAM COMMITTEE
- ---------------

The program committee for ICoS-2 consists of the following people:

	Nicholas Asher 
	Peter Baumgartner
	Johan Bos (Chair)
	Dick Crouch 
	Nissim Francez 
	Udo Hahn
	Ewan Klein
	Michael Kohlhase (Chair)
	Alex Lascarides
	Dale Miller
	Joachim Niehren
	Steve Pulman
	Allan Ramsay 
	Maarten de Rijke 
	Michael Schiehlen
	Matthew Stone 




SUBMISSIONS
- ---------
We ask you to limit the final version of your research paper to 15
pages at most (11pt, a4paper, one column). System descriptions should
be no longer than 6 pages (11pt, a4paper, one column). To yield a
uniform layout for the workshop proceedings, we encourage you to use
LaTeX and use \bibiographystyle{alpha} for citations.

Submission Deadline: April 15, 2000. 

Send DVI, Postscript, or PDF submissions to icos2ags.uni-sb.de.

In addition to the workshop proceedings, we plan to publish a special
issue of the Journal of Language and Computation devoted to
ICoS-2. Shortly after the workshop, authors will be contacted by the
editors for special issue, inviting them to contribute; we may ask you
to incorporate comments/discussions/... arising during ICoS-2 into
your paper. Details on the publication schedule for the special issue
as well as formatting instructions will be announced at the workshop.



FURTHER INFORMATION
- -----------------
If you have any questions, please contact the local organizers 
Johan Bos and Michael Kohlhase via icos2ags.uni-sb.de.

For actual information concerning ICoS-2 please consult

 http://www.ags.uni-sb.de/~kohlhase/event/icos2/
Mail to author|Respond to list|Read more issues|LINGUIST home page|Top of issue

Message 2: Colloque Diaspora - INALCO 2001

Date: Fri, 25 Feb 2000 16:33:21 +0100
From: bob <robert.pasquetinalco.fr>
Subject: Colloque Diaspora - INALCO 2001

 APPEL INTERNATIONAL A COMMUNICATIONS
L'Institut National des Langues et Civilisations Orientales (Paris)
organise � l'automne 2001 son grand colloque quadriennal dont le th�me
sera consacr� aux " Diasporas orientales dans le monde ".

Le colloque sera organis� de la fa�on suivante :

 -Cinq demi-journ�es de communications pl�ni�res dont l'objet est
de d�finir une acception heuristique du concept de diaspora pour
l'analyse des situations contemporaines . Les communications propos�es
dans ce cadre devront pr�senter une �tude de cas ou de terrain tout en
s'atelant � d�finir une probl�matique th�orique particuli�re. Elles ne
devront pas d�passer 20 mn d'expos� et seront suivies d'une discussion
confi�e � un pr�sident de s�ance.

 -Deux demi-journ�es d'ateliers, organis�es en parall�le ,
permettront l'agitation d'id�es autour de th�mes moins acad�miques , ou
utilisant des mediums autres que la recherche universitaire classique.

-Deux conf�rences (inaugurale et finale) confi�es � des personnalit�s
des arts ou de la litt�rature, dont l'oeuvre pr�sente une lien fort �
l'id�e de diaspora.

Afin de permettre aux intervenants de proposer des communications
entrant dans le cadre des communications pl�ni�res, on en trouvera
ci-dessous un argumentaire succint.

Priorit� sera donn�e aux interventions en langue fran�aise. L'anglais
est admis, ainsi que toute communication dans une langue orientale
enseign�e � l'INALCO.

Une diaspora est un groupe ethno-social tr�s particulier, qu'il convient
d'embl�e de ne pas confondre avec n'importe quel groupe migratoire
..Nous proposons de retenir pour la s�lection des communications les
deux param�tres suivants :

1- Une diaspora est essentiellement bipolaire
Une communaut� diasporique se situe toujours dans une double r�f�rence �
un " pays d'origine " et � un " pays d'accueil "(" homeland " vs"
hostland "dans la terminologie anglo-saxonne ). Cette dualit� est v�cue
comme un lien � maintenir co�te que co�te, la disparition d'un des p�les
signifiant la mort de la communaut� diasporique.
( On remarquera que les deux p�les ne sont pas investis symboliquement
de la m�me mani�re, les communaut�s diasporiques semblant plus
terroris�es par la perte de r�f�rence au " pays d'origine " ("
l'assimilation "), comme si la perte du pays d'accueil ne signifiait pas
�galement la mort de la diaspora (" retour au pays ")
2- Une diaspora est un conglom�rat informel d'individus
A la diff�rence de l'�tat d'�migr�, l'�tat diasporique est le r�sultat
d'une d�cision. M�me dans la situation d'hostilit� �ventuelle du pays
d'accueil, rester allog�ne est une affaire d�lib�r�e, et donc peu ou
prou individuelle (m�me si des pressions de groupe, par exemple
familiales, peuvent s'exercer). Mais le paradoxe de cette d�cision
individuelle �tant qu'elle est d�cision d'adh�sion � un groupe, on ne
s'�tonnera pas que les r�gles d'agr�gation, et donc les institutions
�ventuelles que se donnent les communaut�s diasporiques soient
�minemment fluctuantes, voire contradictoires
Si l'on retient ces deux �l�ments de d�finition, on comprendra que les
diasporas entretiennent des rapports peu pr�dictibles aux trois
dimensions n�cessaires � la vie de tout groupe humain, c'est-�-dire le
territoire, la culture et la langue.
Le territoire
 La d�finition des deux p�les (" pays d'accueil " et " pays
d'origine ") est absolument variable d'une diaspora � l'autre :

-Le " pays d'origine " peut �tre r�duit � une dimension totalement
imaginaire ( la " Terre Promise " de la tradition juda�que), ou aller
jusqu� une relation bien r�elle � un Etat-nation existant, en passant
par toutes les variantes possibles sur un continuum : un Etat-nation
revendiqu� pour l'avenir ( Kurdistan ou Palestine), un Etat-nation
regrett� comme un pass� historique glorieux ( Asie mineure grecque,
Arm�nie occidentale, " Grande " Bulgarie ),un Etat probl�matique
(Kossovo, Corse ) etc etc
-Le " pays d'accueil " peut �tre consid�r� comme une patrie (cas d'a peu
pr�s toutes les diasporas sur le sol am�ricain, et d'une grande partie
des diasporas europ�ennes anciennes, avec des " moments " historiques de
crise ?juifs allemands sous Hitler par ex), ou comme un lieu d'exil
(Cubains aux U.S.A.,Russes de l'entre-deux-guerres etc..), avec toutes
les distorsions possibles entre le v�cu r�el et la repr�sentation
imaginaire ( cas classique du " travailleur immigr� " qui r�vera
toujours de " rentrer au pays " et mourra au pays d'accueil)
 la culture
 le membre d'une diaspora a une d�finition tr�s �lastique du
minimum n�cessaire pour se revendiquer comme appartenant � sa communaut�
allog�ne. Tel mettra l'accent sur la religion, tel autre sur les
habitudes alimentaires, sur les liens familiaux etc
 L� aussi, on se trouve sur un continuum qui peut aller de la "
tautologie vide " (" je suis juif " ou " je suis pakistanais " pouvant
ne renvoyer � aucune particularit� objective par rapport � n'importe
quel citoyen fran�ais ou am�ricain), jusqu `� des trajets culturels
insolites ou complexes de r�appropriation ( je fais un dipl�me de
th�ologie orthodoxe ou j'apprends les danses caucasiennes ou ..
.j'adh�re � une organisation terroriste)
La langue
L� aussi aucune description objective pr�dictible. On peut �tre arm�nien
sans savoir un mot d'arm�nien , mais on peut aussi ne se consid�rer
comme vraiment kabyle qu'en ayant pass� son dipl�me de berb�re �
l'INALCOLes diasporas sont dans ce domaine d'une inventivit� sans �gale
: on peut m�me choisir comme langue "d'origine " un �tat historique
r�volu de la langue du pays d'accueil ( cas du yiddish) .En ce sens le
terme de " diaspora " est un symbole linguistique significatif : voil�
un mot grec choisi comme ethnonyme par une communaut� juive qui avait
perdu l'h�breu comme langue maternelle sur un territoire o� le grec
n'�tait pas autochtone
L'histoire et la g�ographie
Il y a un myst�re historique des diasporas : la renaissance de certains
�tats-nations apr�s une longue �clipse historique a des effets
al�atoires sur les diasporas ant�rieures : disparition � peu pr�s
compl�te (Pologne), maintien significatif ( Arm�nie, Etat d'Isra�l),
voire carr�ment cr�ation (Inde)
Il y a une g�ographie al�atoire des diasporas : certaines sont
internationales, d'autres restreintes, certaines sont constitu�es de
petits groupes isol�s, certaines ne se con�oivent qu'en masses
nombreuses etc..
L'effet des conditions ext�rieures dans le pays d'accueil (bienveillant
ou non) ou dans le pays d'origine( tol�rant � la migration ou pas) est
�galement difficile � pr�voir (Pourquoi les Russes ont ils constitu�
une diaspora apr�s l'imposition du communisme et pas les G�orgiens ? Qui
et comment d�cide ?t- on des fronti�res d'inclusion- et d'exclusion !
-entre diaspora maghr�bine, diaspora arabe, diaspora kabyle ou diaspora
libanaise dans un pays comme le Canada ? etc)

Les propositions sont � adresser � C�cile ZERVUDACKI :
cecile.zervudackiinalco.fr ou colloque-diasporainalco.fr




Mail to author|Respond to list|Read more issues|LINGUIST home page|Top of issue