LINGUIST List 15.1405

Tue May 4 2004

Calls: Semantics/Brussels, Belgium

Editor for this issue: Ann Sawyer <sawyerlinguistlist.org>


As a matter of policy, LINGUIST discourages the use of abbreviations or acronyms in conference announcements unless they are explained in the text. To post to LINGUIST, use our convenient web form at http://linguistlist.org/LL/posttolinguist.html.

Directory

  1. ivevrard, Repr�sentations du Sens Linguistique III

Message 1: Repr�sentations du Sens Linguistique III

Date: Tue, 4 May 2004 14:28:41 -0400 (EDT)
From: ivevrard <ivevrardulb.ac.be>
Subject: Repr�sentations du Sens Linguistique III


Repr�sentations du Sens Linguistique III 
Short Title: RSL III 

Date: 03-Nov-2005 - 05-Nov-2005
Location: Brussels, Belgium
Contact: Ivan Evrard
Contact Email: ivevrardulb.ac.be 


Linguistic Sub-field: Discourse Analysis ,General Linguistics,
Language Description, Linguistic Theories, Pragmatics, Semantics,
Sociolinguistics, Syntax, Text/Corpus Linguistics, History of Linguistics 

Call Deadline: 30-Jun-2005

Meeting Description:

L'objectif du colloque est de sonder les rapports entre les diff�rents
mod�les de description linguistique et le traitement du sens, et ce �
la lumi�re de faits concrets. Le colloque r�unira donc tous les
linguistes qui, s�manticiens ou non, voudront concentrer leur
attention sur les aspects s�mantiques de leur recherche et mettre en
avant la place de ces aspects dans le cadre g�n�ral o� ils
s'inscrivent. Le Cercle de Linguistique des Universit�s de Bruxelles
''C.L.U.B.''

le programme international
''GRAMM-R''

et l'�cole doctorale de l'Universit� Libre de Bruxelles
''Langue et discours : argumentation, enseignement, soci�t�''

en collaboration avec la revue
''Travaux de Linguistique (Duculot)''

organisent le colloque international


REPR�SENTATIONS DU SENS LINGUISTIQUE III
Bruxelles, du 3 au 5 novembre 2005

*********************

Appel � communication

*********************


G�n�ralit�s

Depuis sa premi�re �dition � Bucarest en mai 2001, le colloque
international '' Repr�sentations du sens linguistique '' a pris un
rythme biennal. Apr�s Montr�al (mai 2003), c'est l'Universit� Libre de
Bruxelles qui en accueillera la troisi�me �dition, en novembre 2005,
sous l'�gide du programme international de recherches GRAMM-R et du
Cercle de Linguistique des Universit�s de Bruxelles (Universit� Libre
de Bruxelles et Vrije Universiteit Brussel). Comme pr�c�demment,
l'objectif du colloque est de sonder les rapports entre les diff�rents
mod�les de description linguistique et le traitement du sens, et ce �
la lumi�re de faits concrets. Le colloque r�unira donc tous les
linguistes qui, s�manticiens ou non, voudront concentrer leur
attention sur les aspects s�mantiques de leur recherche et mettre en
avant la place de ces aspects dans le cadre g�n�ral o� ils
s'inscrivent. Dans le sillage de l'orientation prise � Montr�al, les
organisateurs ont pr�vu de centrer les discussions autour de trois
th�mes. Ils souhaitent � cet effet que les communications abordent des
probl�matiques relevant de l'un d'eux, � savoir : - Repr�sentations du
sens linguistique et syntaxe : la pr�dication seconde (resp. scient. :
Dan Van Raemdonck) ; - Repr�sentations du sens linguistique et
linguistiques discursives : les sens en marge (resp. scient. :
Laurence Rosier) ; - Histoire des repr�sentations du sens linguistique
: le domaine du verbe (resp. scient. : Ivan Evrard).


Comit� d'organisation

Secr�tariat : Ivan Evrard (Universit� Libre de Bruxelles)

Denis Bouchard (Universit� du Qu�bec � Montr�al), Marie-�ve Damar
(Universit� Libre de Bruxelles), Jean Klein (Universit� Catholique de
Louvain), Jean-Marie Klinkenberg (Universit� de Li�ge), Dominique
Lagorgette (Universit� de Savoie, Chamb�ry), Pierre Larriv�e (Aston
University, Birmingham), Laurence Rosier (Universit� Libre de
Bruxelles), D�borah Van Gorp (Universit� Libre de Bruxelles), Dan Van
Raemdonck (Universit� Libre de Bruxelles), Ann Van Slijcke (Vrije
Universiteit Brussel), Filip Verroens (Vrije Universiteit Brussel),
Val�rie Wielemans (Vrije Universiteit Brussel).

Comit� scientifique

Pr�sidence : Michel Pierrard (Vrije Universiteit Brussel)

Sylvie Archaimbault (Universit� de Paris VII - Denis Diderot), Jacques
Br�s (Universit� Paul Val�ry Montpellier III), Bernard Colombat (�cole
Normale Sup�rieure Lettres et Sciences humaines, Lyon), Mats Forsgren
(Universit� de Stockholm), Jean-Marie Fournier (Universit� de Paris
III - Sorbonne nouvelle), Olga Galatanu (Universit� de Nantes),
Pascale Hadermann (Universiteit Gent), Eva Havu (Universit�
d'Helsinki), Mary-Annick Morel (Universit� de Paris III Sorbonne
nouvelle), Henning N�lke (Universit� d'Aarhus), Marie-Anne Paveau
(Universit� de Picardie, Amiens), Gilles Siouffi (Universit� Paul
Val�ry Montpellier III), Marc Wilmet (Universit� Libre de Bruxelles).


Conf�rences pl�ni�res

Section 1 : Mats Forsgren (Universit� de Stockholm)
Section 2 : Mary-Annick Morel (Universit� de Paris III Sorbonne nouvelle)
Section 3 : Bernard Colombat (ENS Lettres et sciences humaines - Lyon)


Principales �ch�ances

- 30 juin 2004 : rentr�e des propositions de communications et
- pr�-inscription. 30 novembre 2004 : notification de la liste des
- communications accept�es. 31 janvier 2005 : publication du
- programme et inscriptions d�finitives. 31 avril 2005 : rentr�e des
- textes provisoires pour les pr�-actes et cl�ture des inscriptions
- d�finitives. 31 juillet 2005 : envoi des pr�-actes aux participants
- d�ment inscrits.


Section 1 - Repr�sentations du sens linguistique et syntaxe : la
pr�dication seconde (resp. scient. : Dan Van Raemdonck)

Con�ue lato sensu, la pr�dication seconde regrouperait l'ensemble des
constructions d�tach�es, y compris certaines dislocations
�nonciatives, th�matiques ou rh�matiques, comme les apostrophes. De
l'apposition � la '' proposition participe '' ou � la '' proposition
infinitive '', elle pourrait regrouper aussi l'ensemble des apports
s�mantiques, de type pr�dicatif, � ancrage syntaxique faible,
secondaires par rapport � un - ou plusieurs - apport(s) pr�dicatif(s)
marqu�(s) explicitement par un verbe, et/ou premier(s)
hi�rarchiquement. De fa�on plus restrictive, elle d�crira une
compl�mentation pr�dicative bic�phale, en coalescence plus ou moins
forte et sous la d�pendance plus ou moins forte d'un verbe ''
principal '' (les '' attributs de l'objet ''). La pr�dication seconde
met en question tant les limites de l'�nonc� et celles du r�gime
verbal que la pertinence des approches morphosyntaxiques
traditionnellement hi�rarchis�es. Elle oblige parfois � revoir le r�le
et la place des approches s�mantiques de type argumental ou casuel. Et
elle pousse � jauger la compl�mentarit� de toutes ces approches et
d'approches s�mantiques au fondement logique (p.ex. opposition
th�me/rh�me, apport/support...). On privil�giera ici les
contributions qui, tout en �clairant nouvellement la probl�matique,
poseront ses limites plus larges ou plus �troites et jetteront des
ponts entre deux ou plusieurs des types d'approches pr�c�demment
cit�s.


Section 2 - Repr�sentations du sens linguistique et linguistiques
discursives : les sens en marge (resp. scient. : Laurence Rosier)

Depuis les ann�es 1970, le structuralisme de stricte observance ayant
montr� ses limites, la linguistique est sans cesse appel�e � se
rapprocher des faits de langage tels qu'ils proc�dent de son
utilisation in situ. Comment la linguistique de l'oral spontan�,
l'analyse conversationnelle, la linguistique de l'�nonciation, la
linguistique textuelle, l'analyse du discours, la sociolinguistique et
la linguistique variationniste ont-elles abord�, � c�t� de la
stabilisation linguistique et sociale du sens, au-del� de la
polys�mie, le probl�me de l'anomalie (anisos�mie), de la
transgression, de la marginalit�, de productions '' d�viantes '', ''
diff�rentes '', '' clandestines '', voire subversives ? Brouillage,
lapsus, ratage, surcharge, malentendu, rat�, t�l�scopage, cacophonie,
paradoxe, hiatus, discordance, on pourrait poursuivre cette liste non
exhaustive des ph�nom�nes de discours o� se joue la question de la
construction du sens et de la tension entre description linguistique
et r�le des entours de la langue. Dans ces cas, comment s'op�re la
r�partition du recours � l'extralinguistique ou au syst�me
linguistique par rapport aux types de corpus trait�s ? De quels outils
de calcul du sens les locuteurs-r�cepteurs ont-ils besoin selon les
types de discours produits ? Les communications propos�es pour cette
section t�cheront d'aborder ces questions sur base de ph�nom�nes
strictement d�limit�s et d�ment illustr�s.


Section 3 - Histoire des repr�sentations du sens linguistique : le
domaine du verbe (resp. scient. : Ivan Evrard)

Qu'il soit r�f�rentiel, logique, cat�goriel, componentiel,
pragmatique, pr�dictible ou non, pr�dit ou non, le sens intervient
tant�t comme cadre crit�riel � l'abord du donn� linguistique, tant�t
comme fil rouge m�thodologique au long du processus descriptif, tant�t
encore comme objectif des ambitions explicatives de nos mod�les, � un
point tel qu'on imagine difficilement qu'il en e�t pu aller
diff�remment en d'autres temps et/ou d'autres lieux. L'histoire de la
grammaticographie continue de faire ses preuves tant sur la tradition
occidentale que sur les autres traditions, tant sur les rapports entre
ces traditions grammaticales et l'histoire sociale et culturelle des
milieux qui les ont vu na�tre que sur leurs �volutions consid�r�es
d'un point de vue plus interne. On aimerait susciter, lors de ce
colloque, une r�flexion sur la place du sens et son �volution dans les
traditions grammaticales, consid�r�es sous l'un ou l'autre de ces
angles historiographiques, ainsi que l'�laboration, � date plus
r�cente, des outils modernes de sa description, avec un int�r�t
particulier pour la naissance et les transferts des cat�gories
s�mantiques lexicales ou grammaticales dans le domaine du verbe et de
sa morphosyntaxe : modes et modalit�s, temps, aspects, voix ou
diath�ses, transitivit�, accusativit�, ergativit�, causativit�,
factitivit�, m�diativit�, classes s�mantiques de verbes (verbes
psychologiques, de dire, de mouvement, de perception...), etc.


Instructions pour la pr�sentation des propositions de communications

Les auteurs de communications feront parvenir leur proposition pour le
30 juin 2004 au plus tard par courrier �lectronique � ces deux
adresses : <ivevrardulb.ac.be> et <mpierrarvub.ac.be>, sous la forme
suivante : - dans le corps du message : nom, pr�nom, fonction,
affiliation, adresse professionnelle, adresse de correspondance, titre
de la communication et section � laquelle elle est destin�e ; - dans
un fichier joint au format .rtf (rich text format) de Microsoft Word
et dont le nom r�pondra au sch�ma suivant <nomd'auteur.rtf> : un
r�sum� de 3000 signes maximum reprenant le titre de l'expos�, son
cadre et ses limites, son objet pr�cis (y compris quelques exemples),
la m�thode utilis�e, le raisonnement suivi, les principaux r�sultats
obtenus et une indication de bibliographie (5 titres maximum) - mais
en aucun cas le nom du/des auteur(s), ni du laboratoire auquel il(s)
est/sont rattach�(s).


Pr�paration scientifique du colloque

La liste des communications s�lectionn�es sur base anonyme sera
communiqu�e le 30 novembre 2004. Afin de favoriser la richesse des
�changes, les organisateurs ont choisi de proc�der selon la m�thode
des pr�-actes. Il sera donc demand� aux auteurs de fournir une version
pr�alable du texte de leur communication pour la date du 31 avril 2005
au plus tard, en respectant les directives d'�dition transmises en
temps utiles. Les pr�-actes seront adress�s par courrier �lectronique
� l'ensemble des participants d�ment inscrits pour le 31 juillet 2005
au plus tard.


Droit d'inscription

Un droit d'inscription forfaitaire de 100,- euros sera demand� �
l'inscription d�finitive. Ce droit d'inscription inclut la
participation au colloque, un exemplaire imprim� des pr�-actes et un
abonnement d'un an � la revue Travaux de Linguistique. Les �tudiants
peuvent s'acquitter d'un droit d'inscription r�duit � 30,- euros qui
n'inclut pas l'abonnement � la revue.


Voyage, logement, festivit�s, services

Bruxelles est situ� au coeur du r�seau routier, ferroviaire et a�rien
europ�en. De nombreux vols directs quotidiens existent depuis les
grandes capitales europ�ennes ainsi que depuis de nombreuses villes de
moindre importance, soit vers l'a�roport de Bruxelles-National (plus
ou moins 20km du centre de la ville), soit vers l'a�roport de
Bruxelles-Sud (Charleroi, plus ou moins 65km du centre de la
ville). Les deux a�roports offrent des facilit�s de correspondance
avec les transports routiers et ferroviaires pour rejoindre le centre
de la ville. Les principaux transports en commun rejoignant le campus
de l'Universit� Libre de Bruxelles sont facilement accessibles depuis
les diff�rents terminus de ces lignes. Les organisateurs du colloque
effectueront une pr�-r�servation de chambres en nombre suffisant dans
un ou plusieurs h�tel(s) de bon rapport qualit�-prix, situ�(s) de
pr�f�rence entre le campus et le centre-ville, et facilement
accessible(s) en transports en commun. Un banquet et une excursion
seront organis�s. Les participants seront inform�s des modalit�s
pratiques (dates, inscriptions, participations aux frais) � la cl�ture
des inscriptions d�finitives. Un service de photocopie sera pr�vu et
les auteurs seront appel�s � indiquer, le moment voulu, le mat�riel
audiovisuel dont ils souhaiteront disposer pour accompagner leur
expos�.
Mail to author|Respond to list|Read more issues|LINGUIST home page|Top of issue