* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
LINGUIST List logo Eastern Michigan University Wayne State University *
* People & Organizations * Jobs * Calls & Conferences * Publications * Language Resources * Text & Computer Tools * Teaching & Learning * Mailing Lists * Search *
* *
LINGUIST List 18.2967

Thu Oct 11 2007

Confs: Discourse Analysis/France

Editor for this issue: Stephanie Morse <morselinguistlist.org>


To post to LINGUIST, use our convenient web form at http://linguistlist.org/LL/posttolinguist.html.
Directory
        1.    Guy Achard-Bayle, Sentiment linguistique & Discours spontanés


Message 1: Sentiment linguistique & Discours spontanés
Date: 11-Oct-2007
From: Guy Achard-Bayle <guy.achardbayleuniv-metz.fr>
Subject: Sentiment linguistique & Discours spontanés
E-mail this message to a friend

Sentiment linguistique & Discours spontanés

Date: 08-Nov-2007 - 09-Nov-2007
Location: Metz, France
Contact: Michelle Lecolle
Contact Email: lecolleuniv-metz.fr
Meeting URL: http://www.univ-metz.fr/recherche/labos/celted/actualites/

Linguistic Field(s): Discourse Analysis

Meeting Description:

Si, comme le dit Marina Yaguello1, tout locuteur exerce une activité
métalinguistique inconsciente, il est en réalité fréquent que cette activité
fasse explicitement l'objet d'une observation réflexive ; et, parmi les niveaux
de l'analyse linguistique, le lexique est peut-être celui sur lequel se
concentre le plus naturellement le sentiment linguistique des locuteurs non
spécialistes. Associant une forme à un contenu « plein », supposé entretenir un
rapport étroit au monde, le lexique apparaît en effet, à tort ou à raison, comme
le plus immédiatement palpable.
De fait, le lexique apparaît fréquemment comme un lieu de débat, que ce soit
dans le cadre de son apprentissage, dans le sentiment plus ou moins net de son
évolution, ou encore de par son utilisation dans les discours publics. En effet,
borné dans sa forme, mais souvent évanescent dans son sens, il s'inscrit en
outre dans un rapport étroit et complexe avec la culture et les pratiques
sociales, mais aussi avec les changements sociaux, qu'il ne reflète pourtant que
de manière imparfaite. C'est pourquoi il fait l'objet d'accords ou de désaccords
intersubjectifs, est susceptible d'ajustements constants, et peut être discuté
par les professionnels de l'écriture, ou du langage au sens large du terme, dans
le cadre de leur pratique (écrivains, éditeurs, journalistes, enseignants,
rédacteurs de textes de loi). De ces échanges, de ces observations, les
discours, spontanés ou construits, conservent la trace.
Nous nous intéresserons ici aux discours non savants sur le lexique, que
celui-ci soit envisagé dans son sens ou sa forme, et, par là, au sentiment
linguistique des locuteurs, dans son expression non sollicitée.
Comment s'exprime ce sentiment linguistique ? Sur quels arguments se base-t-il ?
Quels propos sert-il ? Que révèle-t-il de l'évolution du lexique ?
Le propos concerne des questions aussi diverses que :
- la perception des changements de sens ou de forme du lexique,
- l'intégration au lexique d'unités étrangères,
- les usages rhétoriques, ou jugés manipulateurs du lexique,
- l'adéquation de l'usage du lexique dans le rapport mot/chose,
- l'adéquation du lexique employé à la situation de discours,
- les mots de l'autre et, notamment, les « jargons », et les réticences qu'ils
suscitent,
- la dénomination de faits inédits, étranges ou étrangers,
- l'expression dans le lexique de faits de société ressentis comme
problématiques politiquement et/ou socialement - le tabou social.
Il peut prendre pour terrain d'étude différents corpus, dont on propose, à titre
d'exemples, ceux émis dans le cadre de discours littéraires, médiatiques ou
juridiques, mais aussi les échanges oraux, ou encore ceux provenant de
l'Internet (forums et blogues), etc.
Finalement, on pense ici, par le biais de la compétence lexicale exprimée du
locuteur, obtenir des éléments d'observation sur les relations entre le social
et le linguistique, sur le rapport, jamais neutre, du locuteur à sa langue et,
peut-être, une perception du changement linguistique.


1. Yaguello M., 1981, Alice au pays du langage, Paris, Seuil.
Mais aussi, notamment :
Martin R., 2002, Comprendre la linguistique, Paris, PUF.
Culioli A., 1999, Pour une linguistique de l'énonciation. Formalisation et
opérations de repérage, Paris Gap, Ophrys.

Sentiment linguistique et discours spontanés sur le lexique

Journées d'étude Co-organisées par le Celted, le Céditec, le Cenel, le
Syled-Cediscor, le Ladisco/Ci-dit

Les 8 et 9 Novembre 2007

Université Paul Verlaine-Metz, UFR Lettres Langues, salle A32 (Rez-de-chaussée)

Le jeudi 8 novembre 2007

Début 14h30

14h30 : accueil, mot d'ouverture par André Petitjean, directeur du CELTED
Présentation des équipes participantes, et introduction aux journées par les
organisateurs.

1ère session.

Présidente de séance :
Laurence Rosier, LADISCO/Ci-Dit

15h00-15h45
Yvonne Cazal, Université Paris 3 - Sorbonne nouvelle, Syled-RES
Une lacune qui fait parler

15h45-16h00 :
Pause

2ème session.

Présidente de séance :
Sandrine Reboul-Touré, responsable de la composante Cediscor du Syled

16h00-16h45
Marge Käsper, Université de Tartu, Université Paris 12 - CÉDITEC
À propos des mots dans les comptes rendus de lecture :
statuts signalés et fonctionnements discursifs

16h45-17h30
Malika Temmar, Université de Picardie Jules Verne - CÉDITEC
Les commentaires méta-énonciatifs dans le discours phénoménologique
merleau-pontyen

Le vendredi 9 novembre 2007, matin

1ère session.

Présidente de séance :
Caroline Masseron, CELTED

9h30-10h15
Laurence Rosier, Sophie Weverbergh, Université Libre de Bruxelles -
Ladisco/Ci-dit « Madame Lexica, sociolinguiste d'occasion »
ou Langage, spontanéité et purisme ordinaire dans des corpus de discours «
érotique savant » sur internet.

10h15-11h

Elisa Raschini, Université Paris 13 - CENEL
Parler de son expérience de la procréation assistée :
entre identité discursive et sociale, le biais du métadiscours.

11h-11h15 : Pause

2ème session.

Présidente de séance :
Marie-Anne Paveau, CENEL

11h15-12h
Isabelle Laborde-Milaa, Université Paris 12 - CÉDITEC
Que dit/disent « Les mots pour le dire » ?
Les stratégies et les enjeux de cette rubrique hebdomadaire du Monde

12h-12h45
Sandrine Reboul-Touré, Université Paris 3 - Sorbonne nouvelle, Syled-CEDISCOR
« Doit-on dire Internet ou l'internet » : éléments pour une linguistique populaire

12h45-14h30 :
Repas

Le vendredi 9 novembre 2007, après-midi

1ère session.

Présidente de séance :
Malika Temmar, CEDITEC

14h30-15h15
Anne-Marie Chabrolle-Cerretini, Université Paul Verlaine-Metz - CELTED /
UMR-CNRS 7597 Éléments d'analyse des propos sur la langue dans les proverbes.

15h15-16h
Marie-Anne Paveau, Université Paris 13 - CENEL
Quand Marie-Chantal dit merde :
sentiment linguistique et normes perceptives dans la haute société

16h00-16h20 :
Synthèse


Read more issues|LINGUIST home page|Top of issue




Please report any bad links or misclassified data

LINGUIST Homepage | Read LINGUIST | Contact us

NSF Logo

While the LINGUIST List makes every effort to ensure the linguistic relevance of sites listed
on its pages, it cannot vouch for their contents.