* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
LINGUIST List logo Eastern Michigan University Wayne State University *
* People & Organizations * Jobs * Calls & Conferences * Publications * Language Resources * Text & Computer Tools * Teaching & Learning * Mailing Lists * Search *
* *
LINGUIST List 21.4162

Tue Oct 19 2010

Calls: Semantics, Syntax/Switzerland

Editor for this issue: Di Wdzenczny <dilinguistlist.org>


LINGUIST is pleased to announce the launch of an exciting new feature: Easy Abstracts! Easy Abs is a free abstract submission and review facility designed to help conference organizers and reviewers accept and process abstracts online. Just go to: http://www.linguistlist.org/confcustom, and begin your conference customization process today! With Easy Abstracts, submission and review will be as easy as 1-2-3!
Directory
        1.     Pascale Hadermann , La Corrélation: Aspects syntaxiques et sémantiques

Message 1: La Corrélation: Aspects syntaxiques et sémantiques
Date: 19-Oct-2010
From: Pascale Hadermann <Pascale.HadermannUGent.be>
Subject: La Corrélation: Aspects syntaxiques et sémantiques
E-mail this message to a friend

Full Title: La Corrélation: Aspects syntaxiques et sémantiques
Short Title: Corrélation

Date: 01-Sep-2011 - 03-Sep-2011
Location: Genève, Switzerland
Contact Person: Olga Inkova
Meeting Email: Olga.Inkovaunige.ch

Linguistic Field(s): Semantics; Syntax

Call Deadline: 01-Feb-2011

Meeting Description:

De nos jours, la notion de corrélation témoigne d'un regain d'intérêt dans
les recherches sur la phrase complexe, aussi bien pour la description de sa
syntaxe que de sa sémantique. A la fréquence du terme, il faut ajouter la
fluidité de ses emplois. Les termes corrélation et corrélatif sont employés
souvent de manière intuitive, et rares sont les dictionnaires spécialisés qui
leur consacrent une entrée. « Deux termes sont corrélatifs d'une manière
générale, quand ils sont entre eux dans un rapport de dépendance », lisons
nous dans le Lexique de la terminologie linguistique de J. Marouzeau. Or,
cette relation de dépendance peut être comprise de façons très différentes.

Cette appréhension large de la corrélation se heurte à la difficulté de cerner
les contours de la notion, s'exposant dès lors au danger de vouloir englober
des formes de phrases complexes trop diverses pour être décrites d'une
manière homogène. Cette extension du terme ne va-t-elle pas de pair avec
une diminution de son opérationnalité ?

Parallèlement, le constat d'une non-coïncidence entre la forme syntaxique
et la valeur sémantique des séquences reconnues comme corrélatives
oriente les linguistes vers l'étude de leur organisation énonciative. La
corrélation se définit ainsi « en termes de complémentarité contextuelle » et
se caractérise par le manque d'autonomie de chacun des membres qui la
composent. Seule la mise en rapport aboutit à un sens complet ou fini. Or, il
est facile de remarquer que la dépendance sémantique entre deux états de
choses n'est pas toujours exprimée par une corrélation syntaxique et que la
corrélation syntaxique n'exprime pas toujours une corrélation sémantique.
Même si l'aspect syntaxique de la corrélation a attiré ces derniers temps
l'intérêt des linguistes travaillant dans différentes approches et différentes
langues (cf. les références), l'aspect sémantique de la corrélation reste
encore très peu étudié.

Le colloque invite à réfléchir sur les frontières de la notion de corrélation,
qui restent encore très floues dans ses emplois récents, à partir d'un certain
nombre de questions :
- la dépendance entre deux propositions corrélées est-elle d'ordre
syntaxique,
sémantique et/ou discursif ? Faut-il séparer ces trois aspects d'analyse ?
- du fait qu'il s'agit d'une dépendance réciproque, le modèle corrélatif
implique-t-il la fermeture sur la dualité de ses constituants ou peut-il
s'ouvrir sur la récurrence ?
- inversement, la présence des deux, voire plus, termes corrélatifs est-elle
obligatoire ? Faut-il garder le terme de corrélation syntaxique pour les cas
où l'un des termes est absent ?
- la corrélation doit-elle s'inscrire dans la traditionnelle hiérarchie
d'intégration phrastique, et si oui, quelle est la pertinence de cette
catégorie?
- l'hétérogénéité des structures qualifiées de corrélatives permet-elle
d'isoler des critères de classement qui les distingueraient des autres types
de liaison de prédications ?
- les propriétés sémantiques des structures corrélatives peuvent-elles être
réduites à une valeur commune ?
- le parcours accompli par les structures corrélatives dans le temps peut-il
aider à fournir une réponse à ces questions ou, au moins, à une partie
d'entre elles ?
- ...

Call For Papers

Les résumés, d'une page minimum à deux pages maximum en Times New
Roman 12, intervalle 1.5, seront envoyés par pièce jointe en format Word
ou PDF sous forme anonyme. Ils comporteront :
- le titre de la proposition ;
- le résumé (principaux exemples, conclusions générales, cadre et notions
utilisés...) ;
- une bibliographie (cinq références).

Ces résumés seront accompagnés d'un document séparé permettant
l'identification de(s) (l')auteur(s) : rappel du titre de la proposition ; nom,
prénom ; affiliation ; adresse professionnelle ; adresse personnelle ; numéro
de téléphone (personnel et/ou professionnel) ; adresse électronique.

Ces documents devront parvenir avant le 1 février 2011 délai de rigueur à :
Olga INKOVA (Olga.Inkovaunige.ch)

L'évaluation des soumissions tiendra compte des critères suivants :
- Importance et originalité du papier
- Assise empirique de l'analyse
- Précision du contenu scientifique
- Organisation et clarté de la présentation

Les communications seront de 20 minutes, suivies de 10 minutes de
questions. Elles peuvent porter sur toutes les langues, que ce soit dans une
optique monolingue ou contrastive. Etant donné la multiplicité des langues
représentées, la langue des communications sera le français.

Une sélection de contributions fera l'objet d'une publication à la maison
d'éditions Droz, Genève, dans la collection de la Faculté des Lettres
«Recherches et Rencontres».

Les frais d'hébergement des communicants seront pris en charge par les
organisateurs.

Principales échéances
Date limite d'envoi des propositions : 1 février 2011
Réponse aux auteurs : 1 mars 2011
Colloque : 1-3 septembre 2011 (quatre demi-journées) à Genève, Faculté
des Lettres

La possibilité d'envoyer des résumés plus détaillés sera proposée en juillet,
afin de faire circuler les documents entre les participants avant le colloque.

Comité scientifique
Kirsten Adamzik (Genève), Marie-José Beguelin (Neuchâtel), Alessandra
Bertocchi (Bologne), Pascale HadermannN (Gand), Olga Inkova (Genève),
Emilio Manzotti (Genève), Mirka Maraldi (Bologne), Michel Pierrard
(Bruxelles), Dan van Raemdonck (Bruxelles).

Comité d'organisation
Kirsten Adamzik, Pascale Hadermann, Olga Inkova, Emilio Manzotti, Dan
van Raemdonck
Read more issues|LINGUIST home page|Top of issue



Page Updated: 19-Oct-2010

Supported in part by the National Science Foundation       About LINGUIST    |   Contact Us       ILIT Logo
While the LINGUIST List makes every effort to ensure the linguistic relevance of sites listed on its pages, it cannot vouch for their contents.