* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
LINGUIST List logo Eastern Michigan University Wayne State University *
* People & Organizations * Jobs * Calls & Conferences * Publications * Language Resources * Text & Computer Tools * Teaching & Learning * Mailing Lists * Search *
* *


LINGUIST List 24.1259

Wed Mar 13 2013

Calls: Syntax, Pragmatics, Discourse Analysis, Typology, Historical Ling/France

Editor for this issue: Alison Zaharee <alisonlinguistlist.org>

Date: 12-Mar-2013
From: Laure Gardelle <laure.gardelleens-lyon.fr>
Subject: Personal Pronouns in Linguistics and Stylistics
E-mail this message to a friend

Full Title: Personal Pronouns in Linguistics and Stylistics

Date: 03-Apr-2014 - 04-Apr-2014
Location: Lyon, France
Contact Person: Laure Gardelle Sandrine Sorlin
Meeting Email: < click here to access email >

Linguistic Field(s): Discourse Analysis; Historical Linguistics; Pragmatics; Syntax; Typology

Call Deadline: 10-Jul-2013

Meeting Description:

International Conference
École Normale Supérieure de Lyon (Lyon, France)
3-4 April 2014
‘Personal Pronouns in Linguistics and Stylistics’
Organized by Laure Gardelle (ENS de Lyon, UMR ICAR) and Sandrine Sorlin (EMMA, Institut Universitaire de France)

The aim of this conference is to bring together a cross-section of recent research on personal pronouns in linguistics and stylistics. In the past twenty years or so these functional words, which used to be regarded as mere ‘short-hand devices’ substituting for a noun phrase, have been shown to be central to a number of complex domains, as illustrated by cross-linguistic studies on such topics as agreement (e.g. Corbett 1991, 2000 for gender and number, Siewierska 2004 for person), pronoun typology (Bhat 2004) or pronominal anaphora (e.g. Ariel 1990, Gundel et al. 1993, Huang 1994). Personal pronouns have also been studied more sporadically in Critical Discourse Analysis and literary stylistics with a focus on the construction of subjectivities and addressees.

Keynote Speakers:

Catherine Emmott (University of Glasgow)
Katie Wales (University of Nottingham)

Colloque international
École Normale Supérieure de Lyon (Lyon, France)
3-4 avril 2014
« Les pronoms personnels : approches linguistiques et stylistiques »
Organisé par Laure Gardelle (ENS de Lyon, UMR ICAR) et Sandrine Sorlin (EMMA, Institut Universitaire de France)

Ce colloque vise à réunir des travaux récents sur les pronoms personnels en linguistique et en stylistique. Les recherches menées au cours des vingt dernières années ont en effet montré que ces mots fonctionnels, traditionnellement considérés comme de simples « substituts abréviatifs » de syntagmes nominaux, se trouvaient au cœur de problématiques complexes - on pense notamment aux études translinguistiques sur l’accord (ex. Corbett 1991, 2000 pour le genre et le nombre, Siewierska 2004 pour la personne), la typologie des pronoms (Bhat 2004) ou l’anaphore pronominale (ex. Ariel 1990, Gundel et al. 1993, Huang 1994). Les pronoms personnels ont aussi été étudiés de façon plus sporadique en analyse de discours (en Critical Discourse Analysis notamment) et en stylistique littéraire, dans des travaux portant sur la construction de la subjectivité et de l’altérité.

Conférenciers invités :

Catherine Emmott (University of Glasgow)
Katie Wales (University of Nottingham)

Call for Papers:

Contributions bearing on a variety of languages are welcome. For linguistics, topics of interest will include the syntax and functional role of pronouns (anaphoric islands, dummies, pronouns in idioms, clitics, constraints on deflexive pronouns and so on), language acquisition (e.g. of the first-person pronoun), typologies (e.g. on what grounds should all ‘personal pronouns’ be made part of the same paradigm?) or comparisons between so-called standard varieties and dialects. Evolutions in diachrony will also be of particular interest, whether for one given language (e.g. natural evolutions of the paradigm of personal pronouns in English, planned reforms in Mandarin Chinese) or in a cross-linguistic perspective - for instance, Corbett 1991 shows that gendered pronouns are pivotal to the evolution of gender agreement patterns. Another central point is the contents of pronouns: what exactly do they encode? Grammatical categories such as gender and number can be studied in relation to their linguistic features (for instance, number has been shown to prevail over gender) as well as, where relevant, to the view of the world they encode. Contributions on pronominal anaphora, both in syntax and pragmatics, will also be welcome, including constraints on syntactic or semantic agreement with hybrid nouns (such as German das Mädchen) or comparisons between personal pronouns and other anaphors (e.g. ellipses, whether constrained or optional, or full NPs).

In stylistics and pragmatics, one area of interest will be that of gender studies. For instance, how can speakers refer indifferently to males and females when the language does not have an epicene pronoun? Have gender-fair guidelines managed to eradicate sexism in language? In literature, how do personal pronouns fit in the range of stylistic means used by some authors (e.g. Winterson, Wittig) to transcend the male/female distinction?

In literary works, one area of interest could be the use of pronouns when referring to characters. Is it a means to convey familiarity or on the contrary a way of drawing attention away from them’? (see Toolan 1990 and his analysis of pronouns in Faulkner’s work). What are the effects conveyed in terms of empathy and antipathy towards a character? Another interesting domain could be that of in medias res beginnings in which pronouns are preferred over full NPs: what is the overall narratorial aim of such a strategy? Pathos? Suspense? Finally, while first and third-person narratives are the most common types, narration in the second person has appeared in the past decades. One question is, what do they convey that the traditional narratives do not? Do they occupy a position between first and third person narratives (Fludernik 1996)? Besides, second-person narration can sometimes alternate with other pronominal forms within the same novel: what effect does this modulation have in the narrative? Does it generate ironical or humourous effects? Are there narratives in the first person plural? Finally the study of pronouns in (Free) Indirect Speech/Thought would be particularly interesting in a stylistic perspective as such discourse tends to favour pronoun alternation.

As for public discourse, pronouns are pivotal to the construction of speakers and addressees. Resorting to the second person plural is sometimes a means to construct a collective ethos (Amossy 2010) or, in political speeches, to play down divisions (Fairclough 2000). It would be interesting to study further in what way personal pronouns can acquire ideological significance. Besides, if pronouns are a way to convey (or conceal) subjectivity, is the absence of personal pronouns a token of objectivity? Can scientific discourse be said to be ‘impersonal’ for instance? Advertising, too, resorts to personal pronouns, especially in the second person, exploiting the ambiguity between direct address and generic reference (Bonhomme & Adam 2012): in what way can pronouns be said to ‘construct’ the consumer?

Finally in conversational analysis, one specific issue is the pragmatic use of a given pronoun to mean another, as when a speaker addresses someone using the third person, for example ‘comment elle va?’ (‘how is she?’) to mean ‘comment tu vas?’ (‘how are you?’) in French. Are there any constraints on such uses? The socio-pragmatics of pronouns is also central, as the social distance or proximity between speakers needs to be taken into account. What different means do languages resort to? In the case of extreme politeness, to what extent do impersonal pronouns avoid face-threatening acts? Conversely in what cases are impersonal pronouns deemed impolite?

Deadline for submission: July 10, 2013
Notification of acceptance: September 10, 2013

Proposals of around 300 words should be sent to both Laure Gardelle (laure.gardelleens-lyon.fr) and Sandrine Sorlin (sandrine.sorlinuniv-montp3.fr).

Language of the conference: English or French

Selected papers will be considered for publication (in English).

Advisory Board:

Marc Bonhomme (Universität Bern)
Pierre Cotte (Université Paris 4-Sorbonne)
Monique de Mattia-Viviès (Aix-Marseille Université)
Aliyah Morgenstern (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle)
John Payne (University of Manchester)
Sylviane Rémi-Giraud (Université Lumière Lyon 2)
Wilfrid Rotgé (Université Paris 4-Sorbonne)
Horst Simon (Freie Universität Berlin)
Michael Toolan (University of Birmingham)
Nathalie Vincent-Arnaud (Université de Toulouse 2)

Appel à Communications :

Les contributions pourront porter sur des langues très diverses. En linguistique, on pourra s’intéresser notamment à la syntaxe et au rôle fonctionnel des pronoms (îlots anaphoriques, explétifs, emploi des pronoms dans les locutions, clitiques, contraintes sur les déflexifs par exemple), à l’acquisition du langage (ex. l’acquisition du pronom de la première personne), aux typologies (ex. pourquoi classer tous les « pronoms personnels » au sein d’un même paradigme ?), ou encore à des comparaisons entre les variétés de langue dites standards et les dialectes. L’étude des évolutions en diachronie sera également d’un grand intérêt, à l’échelle d’une langue donnée (ex. évolutions naturelles du paradigme des pronoms personnels en anglais, réformes planifiées en mandarin) ou dans une perspective translinguistique - Corbett (1991) montre par exemple que les pronoms porteurs de genre sont à la base de l’évolution des schémas d’accord en genre. Une autre question centrale est celle du contenu des pronoms : qu’encodent-ils exactement ? Des catégories grammaticales telles que le genre ou le nombre pourront être étudiées en lien avec les caractéristiques linguistiques des pronoms (il a été montré par exemple que le nombre prévalait sur le genre), ainsi que, le cas échéant, en lien avec la représentation du monde qu’elles véhiculent. Des contributions sur l’anaphore pronominale, en syntaxe comme en pragmatique, seront également bienvenues ; on pense par exemple aux contraintes sur l’accord syntaxique ou sémantique pour les noms hybrides (tels que l’allemand das Mädchen) ou à des comparaisons entre pronoms personnels et autres anaphoriques (ainsi les ellipses, contraintes ou choisies, ou les SN développés).

En stylistique et en pragmatique, on pourra s’intéresser notamment aux gender studies. Par exemple, comment un locuteur peut-il référer de manière indifférenciée à des êtres de sexe masculin ou féminin lorsque la langue ne dispose pas d’un pronom épicène ? Les recommandations visant à assurer un discours non discriminant sont-elles parvenues à éradiquer tout sexisme dans la langue ? En littérature, quelle est la place des pronoms personnels au sein des ressources stylistiques qu’utilisent certains écrivains (Winterson, Wittig, etc) pour dépasser la distinction masculin/féminin ?

Dans un corpus littéraire, l’un des champs d’investigation est celui des pronoms employés en référence aux personnages du récit. Est-ce un moyen de rendre le lecteur plus proche des personnages, ou de l’en éloigner? (cf. Toolan 1990 et son analyse des pronoms chez Faulkner). Quels sont les effets produits en termes d’empathie ou d’antipathie ? Un autre domaine d’analyse intéressant concerne les débuts in medias res où le récit s’ouvre sur un pronom personnel plutôt que sur un syntagme nominal complet : quels sont les buts de ces ambiguïtés pronominales ? Créer une forme de pathos ? De suspense ? Enfin, alors que les narrations à la première et troisième personne sont les plus communes, des récits à la deuxième personne ont vu le jour ces dernières décennies. On pourrait s’interroger sur ce que ces derniers permettent d’exprimer par rapport aux récits plus classiques. Occupent-ils une position intermédiaire entre les récits à la première et à la troisième personne (voir les analyses de Fludernik 1996 par exemple) ? Par ailleurs, la narration à la deuxième personne alterne parfois avec d’autres formes pronominales à l’intérieur du même roman : quel effet provoque une telle modulation dans le récit ? Génère-t-elle des effets d’ironie ou d’humour ? Existe-t-il des récits à la première personne du pluriel ? En dernier lieu, l’étude des pronoms dans une perspective stylistique serait particulièrement bienvenue en ce qui concerne le Discours Indirect (Libre) qui tend à opérer de subtils jeux pronominaux.

Dans les discours publics, les pronoms sont essentiels à la construction des locuteurs/auteurs et des allocutaires/lecteurs. L’utilisation du pronom « nous », par exemple, permet parfois de construire un ethos collectif (Amossy 2010), ou, dans le discours politique, d’atténuer les tensions sociales (Fairclough 2000). Il serait ainsi intéressant d’étudier quelle signification idéologique peuvent acquérir les pronoms. De plus, s’ils permettent d’exprimer (ou de masquer) une certaine subjectivité dans le discours, leur absence est-elle un gage d’objectivité ? Peut-on parler d’ « impersonnel » dans les discours scientifiques par exemple ? La publicité a elle aussi largement recours aux pronoms personnels, en particulier ceux de deuxième personne qui jouent sur l’ambiguïté de la référence entre personne unique et référence générique (Bonhomme & Adam 2012) : en quoi peut-on dire que les pronoms « construisent » le consommateur ?

Enfin, dans le domaine conversationnel, une piste d’étude possible est l’utilisation pragmatique d’un pronom pour en signifier un autre, comme lorsqu’on s’adresse à quelqu’un en utilisant la troisième personne (ex. « comment elle va ? » pour signifier « comment tu vas ? » en français). Existe-il des principes contraignant une telle utilisation ? La proximité ou la distance sociale entre les co-locuteurs est également un élément central dans l’étude d’une socio-pragmatique des pronoms personnels. A quels moyens les langues du monde ont-elles recours ? Dans les cas de politesse extrême, dans quelle mesure les pronoms impersonnels permettent-ils d’éviter ce que Brown & Levinson appellent des face-threatening acts ? Inversement, dans quels cas les pronoms impersonnels peuvent-ils être considérés comme impolis ?

Date limite des soumissions : 10 juillet 2013
Retour des avis du comité scientifique : 10 septembre 2013

Les propositions, d’environ 300 mots, sont à envoyer à Laure Gardelle (laure.gardelleens-lyon.fr) et à Sandrine Sorlin (sandrine.sorlinuniv-montp3.fr).

Langue de la conférence: anglais ou français

Les articles retenus par le comité scientifique à l’issue de la conférence feront l’objet d’une publication (en anglais).

Comité scientifique :

Marc Bonhomme (Universität Bern)
Pierre Cotte (Université Paris 4-Sorbonne)
Monique de Mattia-Viviès (Aix-Marseille Université)
Aliyah Morgenstern (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle)
John Payne (University of Manchester)
Sylviane Rémi-Giraud (Université Lumière Lyon 2)
Wilfrid Rotgé (Université Paris 4-Sorbonne)
Horst Simon (Freie Universität Berlin)
Michael Toolan (University of Birmingham)
Nathalie Vincent-Arnaud (Université de Toulouse 2)



Read more issues|LINGUIST home page|Top of issue



Page Updated: 13-Mar-2013

Supported in part by the National Science Foundation       About LINGUIST    |   Contact Us       ILIT Logo
While the LINGUIST List makes every effort to ensure the linguistic relevance of sites listed on its pages, it cannot vouch for their contents.