* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
LINGUIST List logo Eastern Michigan University Wayne State University *
* People & Organizations * Jobs * Calls & Conferences * Publications * Language Resources * Text & Computer Tools * Teaching & Learning * Mailing Lists * Search *
* *


LINGUIST List 24.3645

Tue Sep 17 2013

Calls: French, Pragmatics, Semantics, Text/Corpus Linguistics/France

Editor for this issue: Bryn Hauk <brynlinguistlist.org>

Date: 17-Sep-2013
From: Gaétane Dostie <gaetane.dostieusherbrooke.ca>
Subject: A l’articulation du lexique, de la grammaire et du discours
E-mail this message to a friend

Full Title: A l’articulation du lexique, de la grammaire et du discours

Date: 04-Apr-2014 - 05-Apr-2014
Location: Paris, France
Contact Person: Florence Lefeuvre
Meeting Email: < click here to access email >

Linguistic Field(s): Pragmatics; Semantics; Text/Corpus Linguistics

Subject Language(s): French

Call Deadline: 30-Sep-2013

Meeting Description:

Lieu: Université Paris 3 - Sorbonne nouvelle

Responsables :

Gaétane Dostie (Professeure de linguistique à l'Université de Sherbrooke, Québec ; Catifq)
Florence Lefeuvre (Professeure de linguistique à l'Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle ; Syled-Clesthia (EA2290))

Conférencières invitées :

Jeanne-Marie Debaisieux, Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle
Liesbeth Degand, Université catholique de Louvain
Pierre Larrivée, Université de Caen Basse-Normandie
Mary-Annick Morel, Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

Ce colloque vise à examiner des faits lexicaux qui se situent à la frontière de la grammaire et du discours. Deux types d'emplois bien distincts de marqueurs retiendront particulièrement l'attention :

i) Des emplois où les morphèmes considérés agissent à titre de marqueurs grammaticaux, ce qui inclut notamment (Léard en préparation) :

- Des usages où ils donnent des informations relatives à la quantité et aux repères spatio-temporels (c'est-à-dire des usages où ils effectuent des opérations de quantification et de repérage sur les classes majeures de mots, comme les déterminants, les auxiliaires, etc.) ;
- Des usages où ils lient des mots, des syntagmes ou des propositions à l'intérieur des énoncés (prépositions, coordonnants et subordonnants).

ii) Des emplois où les morphèmes ciblés ont le statut de marqueurs discursifs. Contrairement aux emplois qui précèdent, ils ne participent alors pas au contenu propositionnel des énoncés auxquels ils sont joints (ex. : là et t'sais) ou ils constituent par eux-mêmes des énoncés (ex. : quand même dans certaines de ses utilisations ; entre autres, Vincent 1993 ; Fernandez-Vest 1994 ; Hansen, 1998 ; Brémond 2002 ; Teston-Bonnard 2006 ; Lefeuvre 2006 ; Dostie et Pusch 2007).

Dernier appel à communications :

Date limite de soumission des propositions reportée au 30 septembre 2013.

L’objectif du colloque sera d’apporter quelques éléments de réponses aux questions suivantes, à partir d’un examen minutieux de marqueurs qui, en français actuel, c’est-à-dire en français en usage dans les années 2000, expriment à la fois des sens grammaticaux et des sens discursifs, tels ''parce que'' (cf. Debaisieux 1994), ''comme si'', ''pis'', ''mais'', ''genre'' et ''quoi'' (Lefeuvre, Morel et Teston-Bonnard 2011) :

1) Quels sont les types de marqueurs grammaticaux également appelés à exprimer des sens discursifs et pourquoi (quelles sont leurs valeurs générales, à quelles classes grammaticales appartiennent-ils, etc.) ?

2) Comment aborder, en synchronie, la polysémie des marqueurs qui expriment tantôt des sens grammaticaux, tantôt des sens discursifs ? En particulier, l’approche selon laquelle il existerait systématiquement un invariant sémantique en langue est-elle défendable pour ce type d’unités lexicales ?

3) Quelle part réserver à la synonymie dans le domaine ciblé ? Ainsi, la synonymie exacte (en langue) entre deux marqueurs est-elle possible à grande échelle (c’est-à-dire autrement que de manière ponctuelle) dans un style communicatif donné (par exemple, dans la langue parlée familière ou encore dans la langue parlée usitée en contexte formel) ?

4) Comment aborder la problématique de l’association, entre eux, des marqueurs à valeur grammaticale, d’une part, et des marqueurs à valeur discursive, d’autre part ? La notion de ‘collocation’ (ou de ‘semi-figement’) a-t-elle sa place ici et si oui, comment la modéliser ?

5) Comment représenter, de manière optimale, les sens et les diverses propriétés formelles des marqueurs grammaticaux et discursifs dans les ouvrages de référence (c’est-à-dire dans les dictionnaires et les grammaires) ? Y aurait-il lieu de développer des systèmes de représentations complémentaires à ceux qui servent de point d’ancrage aux ouvrages de référence traditionnels ? Si oui, quelles formes ces systèmes devraient-ils prendre ?

Les différentes questions formulées ci-dessus seront abordées par le biais de données authentiques susceptibles d’alimenter, en filigrane, la réflexion relative à la dia-variation lexicale en français actuel (diatopique, diastratique et diaphasique) dans les domaines ciblés par le colloque.

Calendrier :

Date limite de soumission des résumés : 30 septembre 2013
Notification des acceptations : 25 octobre 2013
Programme préliminaire : 15 décembre 2013
Programme définitif : 15 février 2014
Inscriptions : 1er mars 2014

Modalités de soumission :

Les personnes intéressées à intervenir au colloque sont priées de soumettre leurs propositions de contribution (2 pages maximum références comprises, sauvegarde .DOC, corps Times New Roman 12, interligne simple, format A4) avant le 30 septembre 2013 par courrier électronique à gaetane.dostieusherbrooke.ca et florence.lefeuvreuniv-paris3.fr. Merci de mentionner, sur une page séparée, les informations suivantes : titre de la contribution, nom de l’auteur (ou des auteurs), affiliation universitaire, adresse postale et adresse électronique. Les propositions seront évaluées par le comité scientifique et la notification des acceptations sera communiquée le 25 octobre 2013.

Publication :

Une sélection de textes sera faite à l’issue du colloque en vue d’une publication dans un numéro thématique de revue.

Comité scientifique :

Kate Beeching, University of the West of England, Bristol
Catherine Collin, Université de Nantes
Jeanne-Marie Debaisieux, Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle
Liesbeth Degand, Université catholique de Louvain
Claire Doquet, Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle
Benjamin Fagard, CNRS
Pascale Hadermann, Université de Gand
Pierre Larrivée, Université de Caen Basse-Normandie
Estelle Moline, Université de Caen Basse-Normandie
Claus D. Pusch, Albert-Ludwigs-Universitaet Freiburg im Breisgau
Elisabeth Richard, Université Rennes 2
Corinne Rossari, Université de Neuchâtel
Nathalie Rossi-Gensane, Université Lunière – Lyon 2
Richard Waltereit, Newcastle University

Comité d’organisation :

Équipe d’accueil Clesthia (Syled EA 2290)

Références – sélection :

Beeching, K., 2002, ''Gender, Politness and Pragmatic Particles in French'', Amsterdam : Benjamins.
Brémond, C. 2002. ''Les petites marques du discours. Le cas du marqueur métadiscursif « bon » en français'', Thèse de doctorat, Université d’Aix–Marseille I.
Debaisieux J.-M., 1994, ''Le fonctionnement de « parce que » en français parlé contemporain. Description linguistique et implications didactiques'', Thèse de doctorat, Université Nancy 2.
Dostie, G. et C. D. Pusch, 2007, « Présentation. Les marqueurs discursifs : sens et variation », Langue française, 154, p. 3-12.
Fernandez-Vest, J. 1994, ''Les particules énonciatives dans la construction du discours'', Paris, PUF.
Hansen, M.-B. M., 1998, ''The function of Discourse Particles'', Amsterdam et Philadelphia : Benjamins.
Léard, J.-M., en préparation, ''Grammaire sémantique modulaire : notions lexicales, référence, prédication''.
Lefeuvre, F., 2006, ''Quoi de neuf sur « quoi » ?'', Rennes : Presses universitaires de Rennes.
Lefeuvre, F, M.-A. Morel et S. Teston-Bonnard, 2011, « Valeur prototypique de ''quoi'' à travers ses usages en français oral et contemporain », Neuphilologische Mitteilungen (Bulletin de la Société Néophilologique), p. 37-61.
Teston-Bonnard, S., 2006, ''Propriétés topologiques et distributionnelles des constituants non régis, Application à une description syntaxique des particules discursives (PDI)'', Thèse de doctorat, Université d’Aix–Marseille I.
Vincent, D., 1993, ''Les ponctuants de la langue et autres mots du discours'', Québec : Nuit Blanche.



Read more issues|LINGUIST home page|Top of issue



Page Updated: 17-Sep-2013

Supported in part by the National Science Foundation       About LINGUIST    |   Contact Us       ILIT Logo
While the LINGUIST List makes every effort to ensure the linguistic relevance of sites listed on its pages, it cannot vouch for their contents.