LINGUIST List 7.1144

Tue Aug 13 1996

Sum: Structures cognitives de _mettre_, _placer_, _poser_

Editor for this issue: Ljuba Veselinova <lveselinemunix.emich.edu>


Directory

  1. Otto Lassen, sommaire:semantique

Message 1: sommaire:semantique

Date: Sat, 10 Aug 1996 16:39:19 +0200
From: Otto Lassen <olasseninet.uni-c.dk>
Subject: sommaire:semantique
J'ai poste une question a la liste pour savoir les structures
cognitives de 3 mots presque identiques: mettre, placer, poser - dans
ces 3 exemples:
1. Ils placerent l'homme inerte sur la civiere.
2. Ils mirent l'homme inerte sur la civiere.
3. Ils poserent l'homme inerte sur la civiere.
J'ai recu 7 reponses, et encourage par la liste je vous donne ici une
courte resume. On m'a invite a faire des precisions sur "structures
cognitives". Par "structure cognitive" j'entend cette structure
abstraite d'un mot qui est la base de l'utilisation metaphorique du
mot. Par exemple: le mot "courbe" peut avoir comme references: route,
chemin de fer, corp, graphique de math etc, mais la structure reste la
meme. C'est une telle structure qui constitue l'essentiel du sens
d'un mot parce qu'il est forme par le cerveau et y existe comme
structure cognitive. Ou bien les metaphores seraient impossibles. Les
mot "cognitive" et "abstrait" sont presque synonymes ici parce que la
memoire lexique ne retient que les structures abstraites. Les
composants des structures sont: mouvement, objet, lieu, directions,
maniere etc. C'est aussi ces structures qui dirigent le syntax des
phrase: les arbres possibles des NP, PP, ADVP, gap etc (voir Chomsky:
G & B). Quand les mots sont places dans une phrase il y a de
l'unification semantique entre leurs structures abstraites (et la
situation semantique) ce qui mene a des significations plus concretes
et meme a des references. Pour trouver les structures cognitives
abstraites il faut decomposer l'unification semantique des enonces et
chercher le point de depart des mots avant qu'ils font part du
processus generatif.

Toutes les reponses a ma question conviennent de ce qu'il s'agit d'une
structure de mouvement, ou - plus precisement - de changement de lieu
d'un objet - et j'ajoute a titre d'essai: seulement le lieu-but est
contenu dans la structure (pas le lieu de depart).

PLACER - deplacement d'un objet a un lieu
 maniere: methodique, avec soin
 direction: ??
 lieu-but: assis
 specification de l'objet:
 + humain -> donner une place (fauteuil, emploi, position)
 - chose = mettre
POSER - deplacement d'un objet a un lieu
 maniere: allegement ("arreter de porter").Implique l'idee de
soin, ou une certaine precaution.
 lieu-but: ??
 direction: descendant
 specification de l'objet: +chose, lourd, fardeau

METTRE - deplacement d'un objet a un lieu le plus abstrait, sans
specification de maniere, de direction, de lieu ou de specification de
l'objet. On peut meme interpreter " Ils mirent l'homme inerte sur la
civiere" comme le fait que ce sont les gens [Ils] qui rendirent
l'homme inerte; un peu comme dans: " Ils mirent l'homme K.O.". Le
lieu-but est dans ces cas un etat-d'ame. Pour un Canadien-Francais la
facon la plus vulgaire possible de dire "faire l'amour", c'est: "ils
etaient en train de se mettre", "veux-tu qu'on se mette?", "j'ai envie
de la mettre". Cela ne fait que confirmer la theorie.

INERTE - qui ne bouge pas specification de l'objet:+chose, -humain
D'autres mots avec la structure "deplacement d'un objet a un lieu":
flanquer, foutre. C'etait le sommaire des reponses que j'ai
recues. C'est evident et connu que ces structures peuvent etre
utilisees a la desambigusation dans l'analyse syntaxique, par
exemple le probleme connu des PP. La structure cognitive de Placer
exige un objet (NP-arg2) et un lieu (PP|ADVP): Ils placerent [l'homme
inerte] sur la civiere Ils placerent [l'homme inerte sur la civiere]
dans le lit C'est de meme avec Poser et Mettre? Je voudrais bien que
la discussion continue - surtout des exemples precises mais aussi de
la theorie. Dans ce cas-la vous pourriez aussi ecrire en anglais.
Mail to author|Respond to list|Read more issues|LINGUIST home page|Top of issue