Featured Linguist!

Jost Gippert: Our Featured Linguist!

"Buenos dias", "buenas noches" -- this was the first words in a foreign language I heard in my life, as a three-year old boy growing up in developing post-war Western Germany, where the first gastarbeiters had arrived from Spain. Fascinated by the strange sounds, I tried to get to know some more languages, the only opportunity being TV courses of English and French -- there was no foreign language education for pre-teen school children in Germany yet in those days. Read more



Donate Now | Visit the Fund Drive Homepage

Amount Raised:

$34724

Still Needed:

$40276

Can anyone overtake Syntax in the Subfield Challenge ?

Grad School Challenge Leader: University of Washington


Publishing Partner: Cambridge University Press CUP Extra Publisher Login
amazon logo
More Info


New from Oxford University Press!

ad

What is English? And Why Should We Care?

By: Tim William Machan

To find some answers Tim Machan explores the language's present and past, and looks ahead to its futures among the one and a half billion people who speak it. His search is fascinating and important, for definitions of English have influenced education and law in many countries and helped shape the identities of those who live in them.


New from Cambridge University Press!

ad

Medical Writing in Early Modern English

Edited by Irma Taavitsainen and Paivi Pahta

This volume provides a new perspective on the evolution of the special language of medicine, based on the electronic corpus of Early Modern English Medical Texts, containing over two million words of medical writing from 1500 to 1700.


Browse Journal Calls



Argotica

Call Deadline: 30-May-2014

Call Information:
Appel à publication
Revue en ligne ARGOTICA, No 1(3)/2014 ISSN : 2286-3893
« Traduire l'argot »

La traduction de l'argot/des argots oblige le traducteur à se poser
 nombre de questions liées, entre autres, à l'adaptation culturelle, à la variation... Dans une interview récente, le poète/traducteur Giorgio Caproni n'hésite pas à définir sa traduction italienne de l'argot célinien comme un « effort épouvantable » (Caproni, 2011 : 42). Vice-versa, Serge Quadruppani, l'un des traducteurs du Montalbano d'Andrea Camilleri, parle de son « angoisse » devant la nécessité de traduire les régionalismes et l'argot sicilien en français (Quadruppani, 2009 : 275-278). La diffusion, souvent sur Internet, de sources lexicographiques qui concernent l'argot et sa traduction, peut sans aucun doute apporter une aide au traducteur, mais beaucoup reste encore à faire dans ce domaine, tout comme au niveau des études contrastives entre les argots des groupes dans les différents pays (voir à ce propos Alma Sokolija pour les argots de Sarajevo et de Paris ou les travaux de Dávid Szabó sur les argots hongrois et français).
La traduction de l'argot pose des défis non seulement au niveau de la traduction interlinguistique, mais aussi au niveau de la traduction intralinguistique, comme le démontre la rédaction de plusieurs dictionnaires argot-français au vingtième siècle (ex. les dictionnaires d'Aristide Bruant, de Napoléon Hayart...), puisque l'argot est tout d'abord un registre linguistique. À ce niveau, il est intéressant de poser la question de la relation entre équivalents traductifs, ces derniers pouvant alors être également considérés comme des variantes diastratiques.
Encore, la traduction de l'argot, qu'elle concerne le niveau interlinguistique aussi bien que le niveau intralinguistique, peut être utilisée en classe en tant que « pédagogie de la variation » (Podhorná-Polická et alia, 2010 : 449).
Au final, c'est la notion même d'argot, entendue comme jargon identitaire d'un groupe, et sa délimitation par rapport à d'autres notions comme, par exemple, celle de langue populaire, que nous voulons questionner par la traduction.
Les différentes questions soulevées ici pourront être abordées à partir de plusieurs points de vue, en privilégiant notamment l'observatoire sociolinguistique, lexicographique, de la didactique des langues- cultures ou purement traductif.
Les articles pourront être rédigés dans l'une des langues suivantes : anglais, espagnol, français, italien, roumain.

Calendrier :
- 30 mai 2014 : date limite d'envoi des propositions

- 15 juillet 2014 : évaluation des propositions et notification aux auteurs

- 15 octobre 2014 : date limite d'envoi des articles

- 30 novembre 2014 : date limite d'envoi des articles qui ont eu besoin de modifications
- 30 décembre 2014 : publication en ligne de la revue

Consignes pour les propositions :
- nom et prénom de l'auteur

- affiliation (université/institution, laboratoire, équipe d'accueil, etc.)
- titre de la proposition

- résumé (200-250 mots)

- 3-5 mots-clés
- bibliographie minimale (5 titres)

Contacts pour l'envoi des propositions :
Rachele RAUS, responsable du numéro (pour les propositions en français et en italien) :
racheleraus@libero.it / rachele.raus@unito.it

Laurentiu BALA (pour les autres propositions) :
lbala@central.ucv.ro


Site de la revue :


Back