Featured Linguist!

Jost Gippert: Our Featured Linguist!

"Buenos dias", "buenas noches" -- this was the first words in a foreign language I heard in my life, as a three-year old boy growing up in developing post-war Western Germany, where the first gastarbeiters had arrived from Spain. Fascinated by the strange sounds, I tried to get to know some more languages, the only opportunity being TV courses of English and French -- there was no foreign language education for pre-teen school children in Germany yet in those days. Read more



Donate Now | Visit the Fund Drive Homepage

Amount Raised:

$34378

Still Needed:

$40622

Can anyone overtake Syntax in the Subfield Challenge ?

Grad School Challenge Leader: University of Washington


Publishing Partner: Cambridge University Press CUP Extra Publisher Login
amazon logo
More Info


New from Oxford University Press!

ad

What is English? And Why Should We Care?

By: Tim William Machan

To find some answers Tim Machan explores the language's present and past, and looks ahead to its futures among the one and a half billion people who speak it. His search is fascinating and important, for definitions of English have influenced education and law in many countries and helped shape the identities of those who live in them.


New from Cambridge University Press!

ad

Medical Writing in Early Modern English

Edited by Irma Taavitsainen and Paivi Pahta

This volume provides a new perspective on the evolution of the special language of medicine, based on the electronic corpus of Early Modern English Medical Texts, containing over two million words of medical writing from 1500 to 1700.


Academic Paper


Title: Linguistique et école primaire: en quoi l'approche diglossique est-elle la meilleure façon d'apprendre le français ‘académique’?
Author: Mario Barra-Jover
Institution: Université Paris 8
Linguistic Field: Applied Linguistics
Subject Language: French
Abstract: 'L'enseignement du français académique à l'école primaire est fondé sur un préjugé injustifié: l'élève de CP arriverait à l'école avec une forme précaire de parler qui n'est identifiable que par référence à son écart vis-à-vis de la forme académique écrite qui est l'objectif à atteindre. Autrement dit, on n'accorde pas au dispositif langagier qu'il a acquis naturellement le statut de ‘grammaire’ et on confond les traits émanant du processus naturel d'apprentissage, encore incomplet, avec les traits propres au français spontanée et qui persistent chez les adultes qui ont, par ailleurs, été la source de stimuli pour l'enfant. À ceci s'ajoute une deuxième confusion: l'apprentissage de la seule ‘vraie’ grammaire et l'apprentissage de l'écrit n'en font qu'un, puisque l'oral n'est qu'un reflet appauvri de l'écrit. Ainsi, par exemple, l'enfant devra ‘juste’ apprendre à écrire l'accord en genre, sans pour autant avoir reçu assez de stimuli pour intégrer dans sa grammaire naturelle le fonctionnement de l'accord.
Dans cet article est proposé un programme qui, partant de l'hypothèse diglossique, cherche à établir une autre approche de l'apprentissage. La clé de cette approche est la bonne compréhension de la grammaire ‘de départ’ de l'enfant en tant qu'objet cohérent, de façon à faire la différence entre: a) les ‘anomalies’ qui vont évoluer spontanément dans le processus d'acquisition de la grammaire adulte indépendamment de l'apprentissage de la grammaire académique (par exemple, les formes analogiques comme le gent ou ouvri) ; b) les ‘anomalies’ par rapport à la grammaire académique qui vont persister dans la grammaire adulte (par exemple, les interrogatives comme c'est quoi ton problème ?) et qui ne doivent pas d'être stigmatisées mais placées dans un contexte d'interaction spécifique bien expliqué ; c) les traits de la grammaire académique qui ne pourront pas être intégrés dans la grammaire adulte de façon naturelle ou par simple pénalisation mais moyennant l'explicitation de règles et dont l'ignorance empêche l'accès actif à la grammaire académique (par exemple, l'accord en genre et nombre ou le sujet lexical sans dédoublement pronominal ; d) les traits de la grammaire académique soutenue qui ne peuvent pas être acquis sans un entraînement à un niveau supérieur et qui ne sont pas décisifs pour avoir un accès actif à cette grammaire (par exemple, le passé simple, la plupart des interrogatives à inversion et, surtout, l'imparfait de subjonctif).
Seulement une bonne conscience de l'existence de ces classes permettra de bâtir des programmes ciblant les aspects sur lesquels l'enseignant doit intervenir normativement ainsi que les stratégies pour le faire. C'est ainsi que le français académique sera perçu (et apprécie) comme une deuxième grammaire essentielle pour l'insertion sociale et non pas comme le vrai français.

CUP at LINGUIST

This article appears in Journal of French Language Studies Vol. 23, Issue 1, which you can read on Cambridge's site or on LINGUIST .



Back
Add a new paper
Return to Academic Papers main page
Return to Directory of Linguists main page