* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
LINGUIST List logo Eastern Michigan University Wayne State University *
* People & Organizations * Jobs * Calls & Conferences * Publications * Language Resources * Text & Computer Tools * Teaching & Learning * Mailing Lists * Search *
* *
LINGUIST List 19.1663

Sat May 24 2008

Confs: General Linguistics/France

Editor for this issue: Stephanie Morse <morselinguistlist.org>


To post to LINGUIST, use our convenient web form at http://linguistlist.org/LL/posttolinguist.html.
Directory
        1.    Emilie Brunet, Regards croisés sur l’énonciation.


Message 1: Regards croisés sur l’énonciation.
Date: 21-May-2008
From: Emilie Brunet <emilie.brunetuniv-paris3.fr>
Subject: Regards croisés sur l’énonciation.
E-mail this message to a friend

Regards croisés sur l'énonciation.

Date: 06-Jun-2008 - 06-Jun-2008
Location: Paris, France
Contact: Emilie Brunet
Contact Email: emilie.brunetuniv-paris3.fr

Linguistic Field(s): General Linguistics

Meeting Description:

Regards croisés sur l'énonciation. Actualité d'Emile Benveniste dans les
sciences du langage (Journée Conscila)

Regards croisés sur l'énonciation. Actualité d'Emile Benveniste dans les
sciences du langage
(Journée de l'association Conscila : Confrontations en Sciences du Langage)

Vendredi 6 juin 2008, 9h - 18h
ENS, Amphi Jules Ferry, 29 rue d'Ulm, 75005 Paris
Entree Libre
Contact : Emilie.Brunetuniv-paris3.fr / Rudolf.Mahrerunil.ch

9h - 9h30
Emilie Brunet (Université Paris 3 Sorbonne nouvelle) & Rudolf Mahrer (Université
Paris 3 Sorbonne nouvelle - Université de Lausanne)
Présentation de la journée

9h30 - 10h
Chloé Laplantine (Université Paris 8, Vincennes - Saint-Denis)
« Poétique d'Emile Benveniste »

10h10-10h40
Claude Calame (Centre Louis Gernet, UMR 8567 CNRS / EHESS - Université de Lausanne)
« Sujet de discours et énonciation : la construction d'un soi collectif (à
l'exemple d'un poème rituel grec)»

10h50-11h10 :
Pause

11h10-11h40
Almuth Grésillon & Jean-Louis Lebrave (ITEM, UMR 8132, CNRS / ENS)
« Génétique et énonciation - mode d'emploi »

11h50-12h20
Irène Fenoglio (ITEM, UMR 8132, CNRS / ENS)
« Les manuscrits d'Emile Benveniste. Déplier l'écriture pensante pour expliciter
l'article publié »

12h30-14h30 :
Pause déjeuner

14h30-15h
Sarah de Voguë (Université Paris Ouest Nanterre-La défense - UMR LLF 7110 CNRS /
Paris 7)
« L'énonciation dans le lexique : actualité du concept benvenistien
d'intégration dans la théorie culiolienne des formes schématiques »

15h10-15h40
Mathieu Valette (UMR ATILF 7118 CNRS / Nancy Université)
« Problématiques cognitives chez Emile Benveniste »

15h40-16h10
François Sauvagnat (Université de Rennes II - EA 4050)
« Quelques remarques sur le dialogue entre Benveniste et Lacan concernant
l'énonciation »

16h20-16h35 :
Pause

16h35-18h
Jean-Claude Coquet (Paris 8), Gérard Dessons (Paris 8), Claudine Normand (Paris
10), Christian Puech (Paris 3)
Table ronde / Bilan

Présentation

Alors que sont parus récemment deux ouvrages[1] sur des notions clés des
Problèmes de linguistique générale et que les manuscrits de leur auteur
connaissent leur premières explorations systématiques[2], il semble qu'on
puisse, à nouveau et utilement, sacrifier au rituel, en se demandant : quelle
est, aujourd'hui encore, l'héritage des notions d'Emile Benveniste (1902-1976)
dans les sciences du langage ?

Les deux recueils d'articles publiés en 1966 et 1974 par Gallimard et
régulièrement réédités depuis ont érigé Benveniste en référence incontournable
des sciences du langage, du moins dans les pays francophones[3]. A quoi
Benveniste doit-il cette ferveur ? Pas à la diffusion d'une théorie homogène
appliquée à un objet d'analyse clairement délimité ; pas, autrement dit, au
succès d'une école. Son rayonnement semble plutôt justiciable d'une attitude
théorique, qui consiste non pas tant à s'attaquer à des objets positifs et
spécifiques de la linguistique, qu'à formuler des « problèmes » qui sont l'abord
sémiologique de questions regardant largement les sciences de l'humain. La
capacité à inscrire la réflexion linguistique dans l'horizon d'une science de la
culture - qui est une anthropologie, en ce que l'homme y est conçu comme un
animal symbolique : voilà sans doute une des raisons de la diffusion des écrits
de Benveniste au sein du cercle des linguistes et au-delà. De sa méthode - que
l'étude des manuscrits récemment (re)découverts pourrait venir éclairer -
résulte une façon de produire, au détour d'une analyse, des concepts au long
cours : qu'on pense par exemple aux oppositions histoire/discours,
sémiotique/sémantique, ou à l'appareil formel de l'énonciation.

Quelque explication qu'on donne à cette postérité, le fait est que nombre de
linguistes, travaillant sur des objets très différents s'engagent à parler - ou
se désengagent en parlant - « selon Benveniste ». Mais alors : que disent-ils ?
De quelles idées Benveniste est-il aujourd'hui considéré comme la caution, la
ressource ou, parfois aussi, le fauteur ? Au prix de quelles accommodations les
problèmes de linguistique générale sont-ils les solutions de linguistiques
spécifiques ? Qu'en est-il aujourd'hui de l'héritage de celui qui - en
approfondissant la matrice saussurienne - a été conduit sur les traces de
l'énonciation ? Enfin, quel sort connaît cette dernière notion lorsqu'elle est
réinvestie par les linguistes contemporains ?

Plutôt qu'une épistémologie externe qui viserait à distinguer les vrais et les
faux héritiers, au regard d'une hypothétique orthodoxie, on s'intéressera à la
diversité et la diversification de l'héritage. L'idée est d'identifier, non des
écarts et des errements, mais la fécondité et l'adaptation des concepts
benvenistiens, celui d'énonciation en particulier, selon les milieux théoriques
divers où ils sont implantés et où ils opèrent. Une telle démarche comparative
est profitable autant pour l'histoire et l'épistémologie de la linguistique que
pour son développement. Tel est notre présupposé. C'est pourquoi nous souhaitons
réunir quelques-uns des chercheurs contemporains qui parlent et écrivent le plus
souvent « selon Benveniste ».

Notes:
[1] Dessons G., Emile Benveniste, l'invention du discours, Paris, In Press,
2006 ; Ono A., La notion d'énonciation chez Emile Benveniste, Limoges,
Lambert-Lucas, 2007.
[2] Emilie Brunet (Paris 3) est chargée par le département des manuscrits de la
BnF d'établir l'inventaire du fonds Emile Benveniste et de le rendre à terme
accessible en ligne dans le catalogue BnF archives et manuscrits ; Chloé
Laplantine (Paris 8) achève une thèse sur les « papiers de poétique » du
linguiste ; Irène Fenoglio et son équipe « Génétique et théories linguistiques
» (ITEM, ENS/CNRS, http://www.item.ens.fr/index.php?id=172957) s'est donné pour
programme l'étude génétique de l'article de Benveniste « Sémiologie de la langue
» (1969) et en constitue l'avant-texte.
[3] La pensée d'Emile Benveniste connaît également un important succès au
Brésil comme en témoigne le colloque Leituras de Emile Benveniste organisé à
Porto Alegre en août 2004 (actes publiés dans la revue Letras de Hoje, vol. 39,
4, n° 138, décembre 2004).


L'association ConSciLa (Confrontations en Sciences du Langage) a été créée en
1990 pour prendre le relais de la revue de linguistique DRLAV revue alors
d'avant-garde. Régie par la loi de 1901, elle organise, depuis sa création, des
journées scientifiques dont l'objectif est

1) de permettre aux chercheurs en linguistique et sciences du langage en général
d'exposer leurs travaux récents ;
2) de favoriser les échanges et discussions entre tenants de divers courants.

Elle a toujours eu pour objectif de maintenir un esprit d'ouverture scientifique
et de débat libre. Ses membres sont rassemblés par le désir que des linguistes,
depuis leur compétence, leur spécialité ou leur inquiétude particulière, parlent
librement et sans exclusive théorique aucune avec d'autres linguistes, afin de
participer à l'avancée des sciences du langage dans le souci constant de fonder
la cohésion du champ sur l'échange et la réflexion critique.
Dans ce but, ConSciLa tient à son indépendance et à son autonomie et ne
fonctionne que sur le budget que représentent les cotisations des adhérents.
L'association n'est liée à aucune institution en particulier et ne se maintient
que grâce à l'activité bénévole des enseignants et chercheurs qui s'y dévouent.

Le bureau actuel de Conscila est composé de :
Présidente : Irène Fenoglio (Directrice de recherche au CNRS)
Vice-présidente : Jeannine Richard Zappela (Professeur d'Université)
Secrétaire : Claire Doquet-Lacoste (Maître de conférence en IUFM)
Trésorier : Paul Cappeau (Maître de conférence à l'Université)
45 rue d'Ulm, 75005 Paris - conscilavoila.fr
Read more issues|LINGUIST home page|Top of issue




Please report any bad links or misclassified data

LINGUIST Homepage | Read LINGUIST | Contact us

NSF Logo

While the LINGUIST List makes every effort to ensure the linguistic relevance of sites listed
on its pages, it cannot vouch for their contents.