LINGUIST List 26.3017

Wed Jun 24 2015

Calls: History of Linguistics/France

Editor for this issue: Anna White <awhitelinguistlist.org>


Date: 23-Jun-2015
From: Fabienne Reboul <Fabienne.Reboulunige.ch>
Subject: Le Cours de Linguistique Générale. 1916-2016. Le Devenir
E-mail this message to a friend

Full Title: Le Cours de Linguistique Générale. 1916-2016. Le Devenir

Date: 15-Jun-2016 - 17-Jun-2016
Location: Paris, France
Contact Person: Fabienne Reboul
Meeting Email: < click here to access email >
Web Site: http://www.clg2016.org/paris/

Linguistic Field(s): History of Linguistics

Call Deadline: 30-Sep-2015

Meeting Description:

Saussure a démontré, avec le Mémoire, les potentialités heuristiques du comparatisme. Avec le Cours de Linguistique Générale, il a été au principe d’une version essentielle du structuralisme qui, par la diversité de ses objets et l’étendue de ses considérations, a pu être revendiquée aussi bien par les phonologues que par les sémiologues, les philosophes du langage ou les grammairiens. Comment le corpus saussurien concilie-t-il dans ses différents aspects empirie et théorie ?

Que doit la linguistique à la publication du Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure ? L’impertinence de la question tient-elle à ce qu’on ignore la réponse, ou à ce que qu’elle relève pour la plupart de l’évidence ? L’évaluation du parcours (étonnant) de ce texte dont Ferdinand de Saussure n’est ni l’auteur, ni le non-auteur demande une attention toujours renouvelée. C'est de l'itinéraire d'une pensée comme « désappropriée » qu'il s'agit. En effet, qu'on le considère comme un « faux », comme une « vulgate », ou un « apocryphe »... le Cours de Linguistique Générale est le texte de référence pour la plupart des courants de la linguistique du XX° siècle. Activement (les structuralismes, mais aussi G. Guillaume ou E. Benveniste) ou réactivement (le générativisme, la sociolinguistique, la linguistique cognitive...), le Cours de Linguistique Générale constitue un repère majeur de l'histoire contemporaine des idées linguistiques (et aussi des idées tout court...). Comment peut-on aujourd’hui évaluer la présence / absence du Cours de linguistique générale dans l’horizon de rétrospection des linguistiques les plus actuelles ?

Au-delà du cas évident de la linguistique, que doivent les Sciences humaines à la publication, il y a un siècle du Cours de linguistique générale ? Peut-on aujourd’hui poser la question aussi directement ? La lecture structuraliste du CLG a conduit à façonner un espace conceptuel désigné par « structuralisme » qui lui-même a désigné durant de nombreuses années une sorte de fond commun auquel puisaient les Sciences humaines pour se définir et se développer. La phénoménologie avec Merleau-Ponty, l’anthropologie avec Lévi-Strauss, la psychanalyse avec Lacan, la sémiologie avec Greimas, par exemple, ont profité de cet espace d’idées et ont contribué, peu à peu, à l’idéologiser. Parallèlement, ce mouvement étant issu d’une nouvelle compréhension de la linguistique, c’est le rapport même entre sciences humaines – dans leur ensemble et au cas par cas – et sciences du langage qui a été modifié.

Si l’invention progressive et multiforme du « structuralisme » a profité à la visibilité des sciences humaines dans les années 1960-1970, quelle place tient aujourd’hui dans leurs travaux théoriques le CLG ?

Appel à communications :

Langues des colloques (pour la soumission) : Français ou Anglais ;

Maximum de mots : 500 mots (exemples inclus mais titre et références non compris) – dans la mesure du possible, il est souhaitable d’indiquer dans le résumé de soumission au(x)quel(s) du (des) point(s) énuméré(s) dans le descriptif de la session se rapporte la proposition de communication ;

Maximum de douze références (à insérer dans l’onglet « références » du formulaire et directement liées à l’objet de la communication proposée) ;

Format du document: de préférence, saisie directe dans le formulaire, .pdf. possible, en cas de schémas ou de figures incluses dans le résumé ;

Les résumés feront l’objet d’un examen anonyme. Supprimez toute indication concernant l’(les) auteur(s) du document à l’intérieur du résumé ;

Les informations concernant l’auteur (nom, rattachement, adresse e-mail, etc.) seront exigées sur le site (dans le formulaire de soumission), au moment de la soumission du résumé. Toutes les rubriques du formulaire doivent obligatoirement être remplies ; Lisez attentivement le mode d’emploi du formulaire de soumission !

Un même auteur ne peut proposer plus de deux contributions (y compris une contribution commune) dans le cadre des sessions parallèles, ce qui n’exclut pas de soumissionner aussi pour les ateliers, soit comme organisateur, soit comme contributeur ;

Pour les résumés de contributions communes (ou d’organisation commune d’atelier), nous considérerons le premier auteur comme la personne à contacter.

N.B.: S’il vous plait, veillez à respecter ce règlement, chaque formulaire sera vérifié et l’auteur contacté, si la soumission n’est pas conforme, afin de proposer une aide à la rédaction. En cas de non-réponse prolongée de l’auteur, les soumissions non conformes seront supprimées. Lisez la page MODE D’EMPLOI.

Si vous avez des questions, contactez l’organisation du colloque à l’adresse suivante : Fabienne.Reboul(at)unige(dot)ch

500 mots = 1 page A4 en Times 12pt



Page Updated: 24-Jun-2015