LINGUIST List 26.334

Mon Jan 19 2015

Confs: French, Discourse Analysis/Israel

Editor for this issue: Anna White <awhitelinguistlist.org>


Date: 14-Jan-2015
From: Lélia Young <cricefmyorku.ca>
Subject: Résistance et résilience dans l’écriture littéraire francophone migrante au Canada
E-mail this message to a friend

Résistance et résilience dans l’écriture littéraire francophone migrante au Canada

Date: 20-Dec-2015 - 22-Dec-2015
Location: University of Bar-Ilan, Ramat-Gan, Israël, Israel
Contact: Lélia Young
Contact Email: < click here to access email >
Meeting URL: http://www.yorku.ca/lyoung/cricefm/RICEF/annonces.html

Linguistic Field(s): Discourse Analysis

Subject Language(s): French

Meeting Description:

Le C-RICEFM (http://c-ricefm.laps.yorku.ca/) organise un colloque touchant aux problématiques posées par les actes de résistance et de résilience dans la littérature francophone migrante au Canada, problématiques liées à des thèmes qui occupent aujourd’hui une place importante au sein de la diversité francophone. La résistance par l’acte créateur est un moteur fondamental de l’affirmation identitaire qui permet de dire non à l’adversité en maintenant l’espoir de nourrir de nouvelles aspirations, de nouvelles stratégies d’écriture et d’entrevoir le futur de manière cohérente. La résilience est une phase qui peut suivre séquentiellement de près ou de loin l’acte de résistance pour donner vie autrement aux nouvelles aspirations et formes envisagées. La résilience est donc le moteur qui élabore les stratégies de survie et de transformation, « Un merveilleux malheur » (titre oxymore du livre de Boris Cyrulnik), qui permettent de surmonter les divers obstacles et de finalement vivre différemment, « Autrement pareille » pour reprendre le titre bien suggestif d’un des livres de Marguerite Andersen. La Résilience ferait en sorte que tout échec soit résorbé de manière contrôlée, évitant multiples formes de chaos et permettant le rétablissement du discours social et de ses fonctions. La littérature migrante en contextes minoritaires nous permet d’observer diverses stratégies d’écriture (Simon Harel, « Les passages obligés de l’écriture migrante »; François Paré, « Les Littératures de l’exiguïté», « La distance habitée », Jean-Pierre Bertrand et Lise Gauvin, « Littératures mineures en langue majeure »). Comment les écrivains migrants expriment-ils leur résistance et/ou leur résilience dans leur écriture ? Quelle place occupent ces thématiques dans leurs oeuvres en comparaison aux autres thèmes développés dans leurs ouvrages? Le colloque s’articulera autour des axes suivants:

1- Résistance et résilience en situation minoritaire dans la littérature francophone migrante au Canada ;
2- Liens existant « entre le soi et les groupes sociaux ou les catégories d’appartenance » (Kaufmann, 2004) dans
la littérature migrante francophone au Canada ;
3- L'édification d'une littérature canadienne francophone migrante en contexte minoritaire et en situations de
bilinguisme diglossique ;
4- Résistance et résilience : Tournants de l’histoire migratoire, impacts spatiaux-temporels et enjeux de la
littérature francophone de la diaspora canadienne;
5- Migrance/exil et mondialisation : résistance et résilience comme forces transformatrices en contexte
d’exiguïté dans l’écriture francophone canadienne ;
6- La notion de distance dans la littérature migrante francophone au Canada.




Page Updated: 19-Jan-2015