LINGUIST List 29.2972

Fri Jul 20 2018

Confs: Applied Linguistics/France

Editor for this issue: Everett Green <everettlinguistlist.org>


***************** LINGUIST List Support *****************

Fund Drive 2018
28 years of LINGUIST List!
Please support the LL editors and operation with a donation at:
https://funddrive.linguistlist.org/donate/



Date: 20-Jul-2018
From: Ciara Wigham <ciara.wighamuca.fr>
Subject: Lier recherche et formation professionnelle : des corpus à l’interface
E-mail this message to a friend

Lier recherche et formation professionnelle : des corpus à l’interface
Short Title: CoReFo2018


Date: 16-Nov-2018 - 16-Nov-2018
Location: Clermont-Ferrand, France
Contact: Ciara Wigham
Contact Email: < click here to access email >
Meeting URL: https://corefo2018.sciencesconf.org

Linguistic Field(s): Applied Linguistics

Subject Language(s): French

Meeting Description:

L'axe CA2LI (Corpus, Acquisition et Apprentissage, Langues en Interactions) du Laboratoire de Recherche sur le Langage organise une journée d'étude intitulée ''Lier recherche et formation professionnelle : des corpus à l’interface'' le vendredi 16 novembre 2018 à l'université Clermont Auvergne (Clermont-Ferrand, France).


Cette journée se veut exploratoire et pluridisciplinaire. Il s’agira d’établir un état des lieux des pratiques de l’utilisation des corpus notamment multimodaux en formation professionnelle - que ce soit dans le domaine de la santé, de la rééducation du langage ou de la formation des enseignants de différentes disciplines -, d’identifier les besoins qui émergent chez les formateurs/formatrices dès lors que l’on envisage l’exploitation de corpus en formation de même que les freins qui peuvent exister à l’utilisation de ces mêmes corpus.

L'inscription est gratuite et vous trouverez toutes les informations sur cette journée sur le site : https://corefo2018.sciencesconf.org

Date-limite pour l’inscription (gratuite) : 31 octobre 2018
Contact : corefo2018sciencesconf.org

Programme:

Programme à ce lien : https://corefo2018.sciencesconf.org/resource/page/id/2


En sciences humaines, les recherches autour des corpus ne sont pas nouvelles mais elles ont connu dans les dix dernières années un regain d’intérêt d’une part, par le recueil de corpus non simplement écrits mais caractérisés par la multicanalité, la polysémioticité, l’(a)synchronie et l’hybridation, d’autre part, par le développement de méthodologies et d’outils de standardisation et d’annotation de ces corpus hétérogènes et enfin, par la mise en place d’infrastructures nationales et internationales permettant le partage de ces corpus dans les différentes communautés scientifiques.

Aujourd’hui, sur le plan scientifique donc, les chercheur.e.s disposent de nombreuses banques de corpus standardisés qu’ils peuvent exploiter pour leurs analyses (Ortolang, 2017). C’est vrai pour les sciences du langage qui disposent notamment aujourd’hui de corpus oraux (Childes ; TCOF, 2005 ; André et Canut, 2010 par exemple) ou de corpus écrits, depuis des corpus de textes littéraires jusqu’aux conversations synchrones ou asynchrones via blogues, tweets, SMS / textos, courriels, clavardage, forums, etc. (Corli). En sciences de l’éducation, l’on trouvera des corpus de situations d’interactions pédagogiques filmées (Muller et al., 2016 ; Falvard et Auriac-Slusarczyk, n.d. ; Veillard et Tiberghien, 2013) ou bien encore complètement médiées par les technologies (Mulce, 2015 ; Guichon et al., 2014). C’est également vrai pour les chercheur.e.s en sciences médicales ou psychologiques et psycholinguistiques qui bénéficient de corpus variés de questions de pathologies médicales (LPL, 2012 ; CORPEC, 2015 ; BiLaD, 2013-2016), qui conduisent des recherches sur des corpus spécialisés de textes médicaux (Maniez, 2011) ou encore d’entretiens cliniques (DECLICS, 2016 ; Tanguy et al., 2011 ; Vasile, 2011).

Dans la formation, initiale ou professionnelle, ces corpus sont plutôt exploités comme ressources pour décrire et montrer des phénomènes, pour les contextualiser, réaliser des études de cas ou encore pour développer une réflexion de type méta. Par exemple, les enseignant.e.s avec des apprenant.e.s, notamment de langues, utilisent des corpus le plus souvent textuels, soit constitués en banques organisées de ressources, soit rassemblés à partir de diverses sources (internet en étant la principale) sans mise en forme particulière et ce, pour le travail du lexique, de la syntaxe, pour la traduction, etc. (par exemple, Granger et al., 2002 ; Chambers, 2007 ; Boulton, 2011, 2012 ; Schaeffer-Lacroix, 2014 ; Wigham et Chanier, 2014). Dans la formation professionnelle, peuvent être proposées des tâches de réflexivité, via des activités d’auto-confrontation à sa pratique (à partir de séquences filmées) par exemple ou encore des tâches d’analyse de traces d’actions pertinentes des praticien.ne.s. (Sockett, 2014 ; Roche et Gal-Petitfaux, 2015 ; Blanes-Maestre et al., 2015 ; Sabatier et al., 2016 ; Muller et al., 2016 ; Guichon et Tellier, 2017 ; NéoPassction, n.d.).

On constate toutefois que le lien recherche / formation est encore trop souvent envisagé dans sa dimension de transmission des connaissances issues de la recherche sur les corpus et moins dans d’autres formes d’appropriation de ces “produits” de la recherche que constituent ces corpus par les professionnel.le.s. Si des initiatives existent, cherchant à faire le lien entre recherche et formation via ces corpus, il apparaît que l’utilisation des corpus pour la formation de praticien.ne.s, de professionnel.le.s de terrain est encore assez peu documentée.

L’objectif de la journée d’étude “Lier recherche et formation professionnelle : des corpus à l’interface”se veut exploratoire et pluridisciplinaire. Il s’agit d’établir un état des lieux des pratiques de l’utilisation des corpus notamment multimodaux en formation professionnelle - que ce soit dans le domaine de la santé, de la rééducation du langage ou de la formation des enseignants de différentes disciplines -, d’identifier les besoins qui émergent chez les formateurs/formatrices dès lors que l’on envisage l’exploitation de corpus en formation de même que les freins qui peuvent exister à l’utilisation de ces mêmes corpus.

Si la question de la définition du terme même de “corpus” se posera d’évidence, les problématiques de l’interrogation de ces corpus par les formateurs/formatrices et des tâches d’apprentissage à construire à partir de ces corpus paraissent inévitables :

- Alors qu’il est difficilement envisageable que des formateurs/formatrices se forment préalablement aux outils actuellement utilisés par les chercheur.e.s dont les corpus sont la matière première, comment des professionnel.le.s novices en matière de corpus peuvent-ils interroger les corpus pertinents pour la pratique ?

- Quelles interfaces pour interroger les corpus à des fins de formation ?

- Comment transformer des extraits de corpus en objets de formation “lisibles”, accessibles pour les professionnel.le.s/praticien.ne.s de terrain ?

- Comment rendre explicite et simple les différentes dimensions du contexte dans lequel a été recueilli le corpus afin de faciliter la compréhension ?

- Quelles tâches peut-on construire à partir de ces corpus pour permettre une appropriation par les formé.e.s ?

Toutes ces questions seront envisagées dans deux grands domaines : la formation des enseignant.e.s et la formation des professionnel.le.s de santé. Elles feront l’objet de présentations de chercheurs dans une démarche privilégiant l’interaction avec le public.


Page Updated: 20-Jul-2018